×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie Internationale

Afrique australe: Un sommet pour lever les conflits de la région

Par L'Economiste | Edition N°:577 Le 20/08/1999 | Partager

· Le rêve d'un marché commun peine à se concrétiser

LE Sommet de la Communauté de Développement de l'Afrique australe (SADC) a eu lieu hier mercredi à Maputo au Mozambique. Les membres du Sommet, au nombre de 14, se sont penchés sur les moyens de résoudre les conflits qui entravent le développement de la région.
Le principal conflit à l'ordre du jour est celui de la République Démocratique du Congo (RDC), plus jeune membre de la SADC (1997). Mais le Président congolais Laurent Désiré Kabila a abrégé sa visite à Maputo afin de repartir pour son pays en raison de la dégradation de la situation.
Les pays membres de la SADC (l'Afrique du Sud, l'Angola, le Botswana, le Malawi, le Mozambique, la Namibie, la Tanzanie, la Zambie, le Zimbabwe, les Seychelles, le Swaziland, le Lesotho, l'Ile Maurice et la RDC) demandent un cessez-le-feu définitif et un règlement pacifique du conflit. Ils réclament aussi la reprise des actions humanitaires interrompues par les derniers affrontements. Les pays d'Afrique australe veulent surmonter tous les conflits politiques dans la région pour concrétiser le rêve d'en faire un marché commun capable de satisfaire les besoins de 200 millions de consommateurs. D'ailleurs, ce Sommet constitue la dernière réunion avant le lancement d'une zone de libre-échange prévu en principe le 1er janvier 2000, mais qui pourrait être reporté.
Le but primordial de la SADC est donc de parvenir à un marché commun inspiré de l'exemple européen. Mais une grande incertitude règne sur les possibilités réelles d'y parvenir. Moins de la moitié des pays membres de la SADC ont ratifié un protocole commercial qui est censé concrétiser la zone de libre-échange l'an prochain.
En transformant la vieille organisation de l'époque de l'apartheid (Conférence de coordination et de développement de l'Afrique australe en Communauté), les pays de la région avaient justement insisté sur la nécessité de promouvoir l'intégration régionale pour parvenir à un vrai marché commun et assurer leur développement.
Mais les ministres du Commerce, qui se sont rencontrés récemment à Gaborone, n'ont pas réussi à parachever un accord de libre-échange permettant de supprimer au moins 60% des droits de douane sur les marchandises échangées au sein de la SADC à partir du 1er janvier 2000.
Le protocole commercial, qui doit supprimer totalement les droits de douane d'ici à 2004, n'a pas été ratifié par la majorité des pays membres.

Hicham RAÏQ (AFP)

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc