×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Société

Affaire Laâfoura
Le procès s’active

Par L'Economiste | Edition N°:2401 Le 15/11/2006 | Partager

. Auditions marathoniennes des témoins les 13 et 14 novembre. Afilal passe à la barre, Bahraoui attend son tourManifestement, la Cour suprême veut en finir rapidement avec le projet immobilier Ouled Ziane El Fouarate dont le principal accusé n’est autre qu’Abdelaziz Laâfoura (Cf.www.leconomiste.com). L’ex-gouverneur d’Aïn Sebaâ Hay Mohammadi, dont le procès a démarré effectivement le 19 septembre dernier, en est à sa troisième année de détention provisoire à la prison de Salé. «Le rythme accéléré des audiences dénote d’une volonté de la Cour de trancher le plus rapidement possible dans ce dossier», confie une source à la Cour suprême. Signalons que le verdict tant attendu sera rendu en premier degré et qu’aussi bien l’accusé que le ministère public ont droit à un second recours, voire même un troisième. La dernière audience en date dans ce sulfureux dossier a eu lieu les 13 et 14 novembre. Des audiences exclusivement réservées à l’audition des 17 témoins. Douze d’entre eux l’ont été en début de semaine et cinq autres le seront le lundi 20 novembre. Parmi les témoins entendus lors de la dernière audience, Abderrazak Afilal. L’ex-patron de l’UGTM est arrivé à la grande salle de la Cour suprême épaulé par ses proches. Il paraissait très amoindri et ses révélations étaient pratiquement inaudibles pour l’assistance. La Cour l’a notamment interrogé sur la passation des marchés publics lorsqu’il était président de la commune d’Aïn Sebaâ. D’autres témoins de «renom» sont passés à la barre tels qu’Abdelmoughit Slimani, ex-président de la commune de Roches Noires condamné en première instance et dans le même dossier à 10 ans de prison. Ou encore Lahssen Hirouf, ex-président de la commune d’Aïn Sebaâ (également condamné dans ce dossier à 3 ans de prison). Lors de l’audience du 20 novembre, un autre «invité» de marque passera à la barre pour livrer son témoignage à la Cour: Omar Bahraoui. L’actuel maire de Rabat devra répondre aux questions du juge concernant son passage à la tête de la direction générale des collectivités locales au ministère de l’Intérieur.Dans ce dossier, Laâfoura est accusé de dilapidation de deniers publics, corruption et abus de pouvoir. L’ex-bras droit de Driss Basri a en fait bénéficié du privilège judiciaire d’être jugé par la Cour suprême (article 265 du code de procédure pénale). Son statut d’ex-gouverneur lui a ainsi offert la possibilité de se détacher des autres personnes (Slimani, Kanir, Hirouf, Youssefi…) condamnées en première instance dans ce même dossier par la Cour d’appel de Casablanca. Naoufal BELGHAZI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc