×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Société

Affaire Laâfoura
Dénouement prévu pour le 27 novembre

Par L'Economiste | Edition N°:2407 Le 23/11/2006 | Partager

. La Cour peut décider de joindre deux dossiers et rendre un seul verdict . L’avocat de l’ex-gouverneur convoqué en tant que...témoin!Comme nous l’avions annoncé dans notre édition du 15 novembre (www.leconomiste.com), la Cour suprême est bien décidée à en finir avec le dossier d’Abdelaziz Laâfoura, l’ex-gouverneur accusé de dilapidation de deniers publics, corruption et abus de pouvoir. Après avoir longtemps traîné devant différentes instances (Cour spéciale de justice, Cour d’appel de Casablanca et enfin Cour suprême), le dossier semble toucher à sa fin. Selon une source judiciaire digne de foi, «la Cour tranchera dans l’affaire du projet immobilier Ouled Ziane El Fouarate lors de la séance du 27 novembre». Pour étayer ses propos, cette source explique qu’il ne manque plus que le témoignage d’Abderrazak Afilal, qui s’est absenté lors des audiences du 15 et du 20 novembre. «Après avoir recueilli le témoignage de l’ex-président de la commune d’Aïn Sebaâ qu’elle a ordonné d’amener, la Cour donnera la parole au ministère public pour le réquisitoire et aux avocats de la défense pour les dernières plaidoiries», ajoute la même source. Quoi qu’il en soit, Laâfoura n’en sera pas à son dernier procès. La Justice l’attend au tournant dans un autre dossier. Il est poursuivi devant la même instance dans l’affaire du projet immobilier Hassan II. Il existe une grande similitude dans les deux dossiers. Dilapidation de deniers publics, corruption et abus de pouvoir dans l’attribution des marchés relatifs à un projet immobilier géré par des conseils communaux sous la houlette de la préfecture d’Aïn Sebaâ hay Mohammadi. «Cette deuxième affaire risque de pousser la Cour à joindre les deux dossiers, eu égard aux similitudes des faits reprochés», souligne un proche de l’ex-gouverneur. Par ailleurs, une erreur a été commise lors de la dernière audience du 20 novembre. La lettre de convocation de l’avocat de Laâfoura, Bouchaib Kharbachi lui a été adressée en sa qualité de...témoin et non d’avocat de la défense. «Cette erreur pourrait servir de vice de forme permettant de réclamer la nullité de la procédure», explique un confrère de kharbachi. Celui-ci n’est pas allé jusqu’à demander la nullité de toute la procédure et s’est contenté de réclamer à la Cour d’ordonner l’annulation de la convocation sous cette forme. Une requête que l’instance a rejetée.N. Be.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc