×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Addoha: L’appétit des «zinzins» influencera-t-il le cours?

Par L'Economiste | Edition N°:2315 Le 10/07/2006 | Partager

. Les institutionnels raflent la mise. 6,5 millions d’actions demandées par les étrangersL’introduction en Bourse de la société Douja Promotion Groupe Addoha confirme sa place d’événement rassembleur. La conférence de presse, tenue le 7 juillet au siège social d’Attijariwafa bank, a été l’occasion pour Anas Berrada, DGA d’Attijari Finances Corp. (coordinateur global de l’opération), de présenter les résultats techniques de l’OPV à la presse.Deux jours après la sonnerie de la cloche annonçant officiellement l’introduction de la société immobilière, le cours théorique d’ouverture affichait 800 DH, ce qui oriente l’opération de cotation vers la réservation à la hausse des actions émises, en attendant la stabilité de la confrontation des ordres exprimés par les souscripteurs (voir aussi rubrique de Bonnes Sources). D’ores et déjà, le faible taux de satisfaction des investisseurs institutionnels, au terme de cette OPV (5,8%), laisse croire qu’ils vont procéder à de gros ramassages pour rééquilibrer leurs portefeuilles. Pour cela, les «zinzins» se positionneront à l’achat dès les premières séances de cotation. Ce qui peut conduire la valeur immobilière à conserver un rythme d’évolution rapide (cf. www.leconomiste.com).Rappelons que, l’introduction en Bourse de Douja Promotion Groupe Addoha a concerné 22.289 souscripteurs et porté sur un montant global de 48,3 milliards de dirhams sur la base de 82.556.234 actions demandées. Les résultats techniques, remis par la Bourse des valeurs de Casablanca, révèlent une nette prédominance d’Attijariwafa bank (y compris Attijari intermédiation) parmi les membres du syndicat de placement avec 56,8% d’actions demandées. Pour rappel, le road show, organisé par la banque dans la région du Golfe en juin 2006, a permis d’optimiser le placement de l’OPV. Près de 50% du nombre d’actions demandées proviennent des Emirats arabes unis, du Koweït et du Bahreïn. L’opération a séduit des «investisseurs solides» selon l’expression de Mohamed Kettani, DG d’Attijariwafa bank, sans pour autant dévoiler leurs identités. BMCE Capital a eu aussi sa part du gâteau au niveau des institutionnels étrangers, avec 31,2% d’actions demandées contre 68,8% pour Attijariwafa bank.Parmi les sociétés de Bourse, Safabourse (filiale de la CDG) a une longueur d’avance avec 25,9% du nombre d’actions demandées par les investisseurs de type d’ordre II. Elle est talonnée par Attijari Intermédiation avec 23,5%. La société indépendante Upline securities occupe la sixième place (et la première dans sa catégorie) avec 6,9%. Concernant les investisseurs de type III (les institutionnels) Attijari Intermédiation retrouve sa place de leader avec 66,6% d’actions demandées, contre 30,1% pour Safabourse et 3,3% pour BMCE Capital. A rappeler que l’OPV a été souscrite 17,47 fois pour 4,725 millions d’actions mises en vente. Le marché a bien sanctionné les performances et la transparence de la société. Concernant le produit de cession des 35% de la société (2,7 milliards de DH), Anas Sefrioui, PDG du groupe Douja Promotion Addoha, n’a toujours pas dévoilé sa stratégie. Il a simplement affirmé qu’«il n’y aura pas de projet hors du cadre actuel de l’activité du groupe, c’est-à-dire, la promotion immobilière». Saïd MABROUK

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc