×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Le prix de L’Economiste pour la recherche en économie, gestion et droit
    Affaires

    Accor mise sur l’hôtellerie économique

    Par L'Economiste | Edition N°:2918 Le 11/12/2008 | Partager

    . Un programme de développement de 500 millions de DH. Le premier SuiteHotel hors UE à Marrakech dès janvierCrise ou pas, Accor poursuit ses chantiers au Maroc. Le groupe hôtelier français, qui a été l’un des premiers à miser sur le Royaume, ne ralentit pas son plan de développement. En plus des ouvertures des Novotel et Sofitel, le groupe entend renforcer sa présence dans les segments économiques et les hôtels pour courts séjours. Dès janvier prochain, Accor ouvrira son premier SuiteHotel du Maroc. «Ce sera à fin janvier prochain à Marrakech», annonce Marc Thépot, directeur général d’Accor au Maroc. Après la France, l’Allemagne, l’Autriche et la Suisse, le Maroc est le cinquième pays au monde à accueillir ce type d’hôtel quatre étoiles créé en 1999. «Il y a un réel besoin en matière d’hôtels destinés aux courts séjours, notamment d’affaires», analyse Thépot. «Cela est d’autant plus confirmé que les villes connues pour le tourisme d’affaires, comme Casablanca, sont celles qui affichent les taux de croissance les plus importants aujourd’hui», poursuit-il.Le SuiteHotel de Marrakech est le premier d’une série d’ouvertures visant à installer de nouvelles enseignes du groupe au Maroc dont aussi la chaîne Etap Hotel. C’est cette dernière qui viendra étoffer, à l’horizon 2011, l’offre économique du groupe Accor déjà présentée par la chaîne Ibis. Sur ce segment, le groupe dispose de tout un plan de développement. «C’est un programme de 500 millions de DH qui vise à construire 1.400 chambres à l’horizon 2012», affirme Thépot.Bien que s’adressant en partie à une clientèle d’étrangers, le cœur de cible d’Accor pour le segment économique est le consommateur national. Ainsi, le groupe français s’inscrit d’ores et déjà dans la nouvelle dynamique enclenchée en réaction à la crise internationale et qui voit en la consommation intérieure un relais de croissance pouvant compenser la baisse de la demande étrangère. Mais pour Thépot, «il n’y a pas de crise. Il y a certes baisse des nuitées notamment à Marrakech et Agadir, mais croissance des arrivées touristiques». Et de poursuivre qu’«une bonne partie de ces touristes logent dans de nouvelles formules d’hébergement qui n’apparaissent pas dans les statistiques officielles, comme les riads». Et quand bien même il y aurait baisse de la demande adressée au tourisme globalement, le Maroc pourra tirer son épingle du jeu. En clair, ce sera une opportunité pour le Maroc. La baisse du pouvoir d’achat du consommateur occidental poussera ce dernier à privilégier les destinations les plus proches au détriment de celles éloignées. De plus, les derniers troubles politiques survenus en Inde et en Thaïlande devraient normalement avoir un effet positif sur la demande adressée au Maroc. «Le pays pourra alors récupérer des clients», conclut Thépot.Le concept SuiteHotel est basé sur la convivialité et l’appropriation de la chambre d’hôtel par le client, comme s’il était chez lui.Ainsi, ces hôtels proposent des chambres de 30 m2 en moyenne. L’espace est modulable et permet de travailler, d’organiser des réunions, de se restaurer ou de se détendre.N. T.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc