×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    International

    Accidents aériens: Triste record en Afrique

    Par L'Economiste | Edition N°:2774 Le 12/05/2008 | Partager

    . La région accuse un taux de 4,09, selon l’IATALe taux d’accidents dans le transport aérien mondial est remonté en 2007 après une année 2006 particulièrement sûre, selon le rapport annuel de l’association du secteur, IATA, publié la semaine dernière. Ce même rapport indique que les records d’accidents sont détenus une fois encore par le continent africain. Le taux d’accidents dans le monde en 2007, mesure de référence de l’IATA, était de 0,75 perte d’avion par million de vols effectués, représentant un accident sur 1,3 million de vols. En unités, 100 accidents sont survenus l’an passé contre 77 en 2006. Ce taux était de 0,65 en 2006, année qualifiée comme «la plus sûre de l’aviation civile» et représentant une réduction de moitié des risques en une décennie. Cette hausse, alors que l’IATA vise le taux zéro année après année, tient «aux accidents tragiques survenus en Afrique, en Indonésie et au Brésil», selon l’association. Les compagnies membres de l’IATA (240 compagnies représentant 94% du trafic mondial) ont fait mieux que l’ensemble de l’industrie, avec un taux de 0,68. Les moins sûrs sont les transporteurs aériens africains, dont beaucoup ne sont pas membres de l’IATA: la région Afrique accuse un taux d’accidents de 4,09, contre 4,31 en 2006. La région Asie Pacifique enregistre un taux de 2,76, l’Amérique latine de 1,61 et le Moyen-Orient de 1,08. L’Asie du Nord est à 0,88. A l’autre bout de l’échelle, la Russie et la Communauté des Etats indépendants affichent un taux zéro, l’Amérique du Nord 0,09 et l’Europe 0,29. «Globalement, le secteur a fait des progrès dans l’octroi de notre standard de sécurité, IOSA», certification indispensable pour l’adhésion d’une compagnie à l’IATA, a indiqué le DG de l’IATA, Giovanni Bisignani, lors d’un entretien avec quelques journalistes à New York. Ce dernier a souligné «les formidables progrès» enregistrés d’une année sur l’autre en Russie et en Algérie, deux pays qui n’ont déploré aucun accident en 2007, et où l’IATA «a consacré beaucoup de temps», essentiellement via des formations. A noter que le nombre de décès a baissé de 19% entre 2006 et 2007, à 692 personnes, alors que le trafic mondial a augmenté de 6%, à 2,2 milliards de passagers.Synthèse L’Economiste

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc