×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Brèves

Brèves

Par L'Economiste | Edition N°:4813 Le 14/07/2016 | Partager

■ L’information, 2e créateur d’emplois aux USA
Alors que le Maroc détruit des emplois (140.000 en moins de cinq ans!) les Etats-Unis continuent d’en créer, et ce de plus en plus vite. L’industrie minière américaine perd des emplois, tandis que les services en créent à tour de bras, devant  la «production de biens» (notion plus large que l’industrie tout court). Les services créant le plus d’emplois sont, dans l’ordre, la santé, l’information et la distribution. Le taux de chômage de l’économie américaine est de 4,9%  de la population active en juin de l’année en cours. Pour comparaison, il est de 10% au Maroc pour le premier trimestre de 2016. La création nette d’emplois aux Etats-Unis dépasse cette année les prévisions, lesquelles étaient pourtant jugées optimistes.

auto_4813.jpg
La maquette de l’intérieur de la voiture du futur, présentée par Faurecia au printemps dernier (Ph Faurecia)

■ Equipements auto: Fusion amputée
La Commission européenne a bien validé le rachat de la  branche «Exterior» de Faurecia par son principal concurrent-partenaire, Plastic Omnium, mais en exigeant que le nouvel ensemble vende 7 de ses usines. La branche « Exterior» rassemble les pièces de carrosserie, les blocs avant des voitures, certains planchers ou toits... Elle réalise l’équivalent de 20 milliards de DH de ventes annuelles. La commission a expliqué que le rapprochement des deux entités risquait de réduire les possibilités de choix des clients, les constructeurs automobiles. Seront cédés les pare-chocs  français et espagnols et l’assemblage de modules blocs avant allemands. Faurecia, qui a vécu des heures très difficiles de 2006 à 2011, consacrera l’argent frais ainsi acquis à un désendettement quasi–total (étonnant en période de taux d’intérêt aussi bas) et aux activités de recherches dans ses autres branches. Faurecia est présent au Maroc, spécialement dans la production de sellerie automobile. A noter au passage que L’Economiste a annoncé, il y a quelques jours que la meilleure usine de Faurecia, celle de Slovaquie, est maintenant dirigée par un Franco-marocain, Mohammed Mazoir.

■ Peugeot moins ambitieux au Maroc?
Le constructeur automobile Peugeot PSA a conclu un «accord de compétitivité», pour trois ans,  avec les syndicats représentant 80% de ses employés de France. Le constructeur est en train de s’installer au Maroc (Cf. L’Economiste du 12 juillet 2016) : on ne sait pas encore si l’accord en France aura des effets sur son programme marocain.  Toujours est-il qu’en échange de la paix sociale, Peugeot PSA s’engage à construire sur le territoire français au moins un million de voitures par an (il a vendu 2,9 millions de véhicules en 2015, soit les deux tiers des véhicules produits en 2011, à la veille de sa grande crise). Le groupe (Peugeot-Citroën-DS) conservera aussi en France au moins 85% de ses dépenses de R&D. A noter que l’entreprise fait de son label «Origine France garantie» un argument de marketing. Peugeot promet en outre de recruter au moins 1.000 personnes de manière définitive (soit 0,5% du nombre des collaborateurs actuels), plus 2.000 jeunes par an via les divers dispositifs d’aide à l’emploi existant dans l’Hexagone. Le nombre de télétravailleurs devra aussi doubler, pour concerner 4.000 employés. Un système de compensation a été enfin trouvé pour lisser les jours de chômage technique avec les heures supplémentaires travaillées. 

Déficit budgétaire: Moscovici prône «des sanctions zéro»
Pierre Moscovici, le commissaire européen aux Affaires économiques, a souhaité que la zone euro se dirige «vers des sanctions zéro» à l'encontre de l'Espagne et du Portugal, en dérapage budgétaire. Une déclaration faite au lendemain de la procédure de sanctions enclenchée par  les ministres des Finances de la zone euro contre ces deux pays pour ne pas avoir pris les mesures nécessaires pour corriger leur déficit. La Commission européenne (chargée du respect des règles) a désormais vingt jours pour proposer des amendes, dont le montant maximum est de 0,2% du PIB.

Bruxelles s’attaquera à l’acier chinois
En marge d'un sommet UE-Chine, le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker a déclaré mercredi à Pékin que l'Union utilisera «tous les moyens » à sa disposition pour endiguer le déferlement d'acier chinois. La Chine (qui produit à elle seule la moitié de l'acier mondial) est accusée d'écouler à l'étranger sa production à bas coûts et de violer des accords commerciaux, au détriment des emplois dans l'UE. En parallèle, Pékin exige de l'UE qu'elle lui accorde d'ici la fin de l'année un statut d'économie de marché. Un tel statut pourrait déboucher sur une forte baisse des droits de douane, ouvrir davantage les portes aux produits chinois et menacer l'emploi.

Réformes bancaires: L’alerte des ministres des Finances de l'UE 
Les ministres des Finances de l'UE ont demandé au Comité de Bâle (régulateur international des banques qui définit de nouvelles règles) de ne pas imposer une hausse trop significative des exigences de fonds propres. Une telle exigence serait défavorable aux banques européennes par rapport à leurs concurrentes américaines, avaient fait valoir récemment encore les fédérations bancaires française et allemande. L'institut basé en Suisse concocte de nouvelles règles dites «Bâle IV» qui devraient être mises sur la table d'ici fin septembre.

Moody's maintient sa perspective stable aux banques françaises
L'agence de notation Moody's a maintenu sa perspective stable pour le secteur bancaire français. Cela signifie que l’agence n'envisage pas d'amélioration ou de détérioration notable pour les banques françaises au cours des dix-huit prochains mois. Moody's n'exclut pas pour 2016 une détérioration de l'activité sur certains segments, comme le financement des matières premières. Mais elle estime que les banques sont suffisamment solides pour y faire face et met en avant le niveau élevé de leurs fonds propres.

L'Opep table sur une poursuite du rééquilibrage en 2017
Le rééquilibrage du marché pétrolier se poursuivra l’année prochaine. Ceci avec une demande mondiale qui continuera à croître face à une production d'or noir toujours déclinante dans les pays n'appartenant pas à l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep).  Selon le cartel, la demande mondiale d'or noir devrait croître de 1,2 million de barils par jour (mbj) l'an prochain pour atteindre environ 95,3 mbj, après une hausse de même ampleur en 2016, à 94,2 mbj. Les pays hors OCDE consommeront 1,1 mbj de la hausse attendue, tandis que les pays développés n'utiliseront que 0,1 mbj de plus en 2017. Les cours du baril évoluent depuis plusieurs semaines entre 45 et 50 dollars après le plancher de 27,10 dollars touché en janvier.

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc