×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Le prix de L’Economiste pour la recherche en économie, gestion et droit
    Société

    Education: Le geste fort des USA pour la parité

    Par Badra BERRISSOULE | Edition N°:4806 Le 30/06/2016 | Partager
    La 1re dame Michelle Obama initie Let Girl Learn en faveur des jeunes filles[scald=4082:sdl_editor_representation]
    Le MCC et l’Usaid financent des programmes pour lever les obstacles
    100 millions de dollars d’engagement au Maroc dans cette lutte
    let_girls_learn_006.jpg

    Modéré par la journaliste Isha Sesay de la chaîne CNN, un échange entre des jeunes filles marocaines et la 1re dame Michelle Obama, les actrices américaine Meryl Streep et l’indienne Freida Pinto, a été organisé mardi dernier

    Le geste est fort bien symbolique. La première dame Michelle Obama et deux actrices internationales, l’Américaine Meryl Streep et l’Indienne Freida Pinto, ont tenu à montrer leur engagement en faveur des jeunes filles qui souhaitent accéder à l’éducation et aller plus loin dans leur formation. Avec ces deux actrices, la première dame des États-Unis a participé à un échange avec des adolescentes marocaines qui ont surmonté ces difficultés. L’échange axé sur les facteurs empêchant les jeunes filles marocaines de poursuivre leur scolarité sera diffusé sur CNN. Le message est tout aussi important, l’éducation des filles étant une condition sine qua non pour faire évoluer un pays et le propulser dans la modernité. Au Maroc, des efforts

    meryl_streep_006.jpg

    Meryl Streep qui a toujours été engagée dans les combats féministes ne pouvait pas ne pas être du voyage pour la promotion des droits des jeunes filles à l’éducation. Elle a tenu d’ailleurs à visiter des familles dans des douars, écouter leurs problèmes et partager leur repas (Ph. Mokhtari)

    ont certes été enregistrés, mais l’abandon scolaire des adolescentes est encore fréquent dans le rural. Dans les campagnes, à peine 14% des jeunes filles achèvent leur cycle d’enseignement secondaire. Les obstacles sont nombreux: absence de collège, manque de commodités dans les écoles, transport coûteux et risqué pour les jeunes filles, mais surtout manque de moyens. Dans le monde, 62 millions de jeunes filles n’arrivent pas à bénéficier de l’éducation qu’elles méritent pour différentes raisons et c’est pour lever ces entraves qu’est née l’initiative «Let Girl Learn» ou «Laissez les filles apprendre» lancée par le couple présidentiel américain. Une initiative qui vise à assurer aux jeunes filles partout dans le monde une éducation de qualité leur permettant d’atteindre leur plein potentiel à l’école. La visite au Maroc de Michelle Obama accompagnée de deux actrices engagées elles aussi dans cette lutte est une promesse aux jeunes filles marocaines qui peinent et souffrent pour accéder à la formation. Et quand le gouvernement américain se mobilise,

    freida_pinto_006.jpg

    La talentueuse actrice indienne et étoile du cinéma mondial, Freida Pinto est aussi une femme engagée et préoccupée par les conditions difficiles des femmes et se mobilise pour l’éducation des jeunes filles (Ph. Mokhtari)

    c’est aussi avec des moyens de nature à contribuer au dépassement de ces obstacles. L’initiative «Let Girl Learn» qui est soutenue par le département d’Etat américain, l’Agence américaine pour le développement internationale (l’Usaid), le Corps de la paix, le Millennium challenge corporation (MCC), souhaite apporter du concret. D’abord à travers le MCC dans le cadre du compact II qui va se focaliser, en partenariat avec le gouvernement marocain sur la réforme de l’enseignement secondaire. Une enveloppe de 100 millions de dollars va être dédiée à ce programme qui sera introduit dans une centaine d’écoles et devrait profiter à 100.000 élèves dont 50.000 jeunes filles. Mentorat, stages, activités extrascolaires, amélioration des toilettes et vestiaires pour filles, formation des enseignants et des administrateurs sur la problématique du genre seront les principales actions de ce programme. Par ailleurs, le MCC va financer un fonds de partenariat de 4,6 millions de dollars qui sera dédié à l’éducation pour l’employabilité et fera participer le secteur privé et les ONG. L’idée est d’élaborer des programmes novateurs pour les collèges et les lycées qui répondent aux besoins uniques des jeunes filles. De son côté, l’Usaid vient d’annoncer un investissement de 400.000

    michelle_obama_006.jpg

    Quand la 1re dame américaine s’engage pour la scolarisation des jeunes filles dans le monde, elle ne vient pas les mains vides. 100 millions de dollars vont être engagés en faveur de l’éducation et la parité (Ph. Mokhtari)

    dollars pour construire cinq nouveaux dortoirs pour filles -les fameuses Dar taliba- et qui seront prêts d’ici 2017. Ce projet contribuera à lutter contre les obstacles de scolarisation des jeunes filles en fournissant un environnement sain à ces élèves. Car, au-delà des dortoirs, ce financement permettra aussi d’offrir des coachs expérimentés pour que les filles puissent puiser au maximum de leur potentiel. A ce jour, l’Usaid a investi plus de 58 millions de dollars dans le secteur de l’éducation au Maroc.
    Le département de l’Etat américain mène plusieurs programmes d’échanges éducatifs en faveur des jeunes étudiants et notamment des filles. Des programmes qui ont justement permis aux jeunes filles issus de milieux très modestes de se rendre aux USA, d’améliorer leurs compétences linguistiques et de parfaire leur éducation. Ce sont d’ailleurs ces jeunes filles qui ont rencontré la première dame américaine et échangé avec elle autour des obstacles liés à l’accès à la formation. Parmi ces programmes, le SUSIs (Programme étude des Instituts américains) pour les leader étudiants, le programme global exchange, une sorte de bourse de 1er cycle fondée sur le mérite pour un semestre d’études aux USA, le Kennedy-Lugar d’échange et d’étude pour jeunes qui offre aux étudiants du secondaire une année scolaire aux USA dans des familles d’accueil, le TechGirl, qui est un programme d’échange international pour les filles en provenance de la région Mena pour poursuivre des études en science et technologie…

    200 projets pour Let Girl Learn

    POUR rallier davantage de pays à l’initiative Let Girl Learn, Michelle Obama a entamé une tournée qui l’a menée d’abord au Cap Vert, le Libéria avant le Maroc et ensuite l’Espagne. Le Maroc est le 36e pays à accueillir l’initiative Let Girl Learn du Corps de la paix. Concrètement, ce programme se chargera de la formation des bénévoles pour faire progresser l’éducation et l’autonomisation des filles. Ces derniers travailleront avec les communautés pour identifier les obstacles auxquels  se heurtent les adolescentes par région et par zone et mettre en œuvre des projets allant de la création des écoles sûres à la mise à disposition d’infrastructures de base, tels des WC et des salles de bains pour les filles, une des raisons souvent revenues pour expliquer l’abandon scolaire des filles. Il s’agira aussi de la mise en place de bibliothèques, d’ateliers pour favoriser la confiance en soi et le leadership. A ce jour, Let Girl Learn a soutenu quelque 200 projets et 200 autres sont en cours.

    Badra BERRISSOULE

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc