×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Régions

Marrakech
Radeema décroche une 3e distinction en un an

Par Badra BERRISSOULE | Edition N°:4805 Le 29/06/2016 | Partager
Pour son engagement continu à la qualité, l’innovation et l’excellence
Le prix lui a été décerné à New York par l’International Quality Summit
radeema_005.jpg

Radeema, qui fait partie des régies publiques, a déjoué tous les pronostics. Trois prix lui ont reconnu cette année ses performances tant sur le plan managérial que sur le plan de la bonne gouvernance des services dont elle assure la gestion. Ici, le siège de la régie à Marrakech
(Ph. L’Economiste)

De nouveau, la Régie autonome de distribution d’eau, d’électricité et d’assainissement (Radeema) décroche une distinction mondiale. Cette fois-ci,  la régie a remporté un prix -dans la catégorie Platine- pour son engagement continu à la qualité, l’innovation et l’excellence. Il lui a été décerné par le Congrès international de la qualité (International Quality Summit: IQS) qui s’est tenu  lors d’une cérémonie qui s’est tenue récemment à New York. «Il témoigne de l’efficience du plan de développement adopté par la Radeema en vue d’améliorer continuellement la qualité des services rendus à sa clientèle », insiste son directeur général Rachid Benchikhi, qui a reçu ce prix au même titre que El Hassan Boukouta, Gouverneur Directeur des régies et des services concédés au ministère de l’Intérieur.
Ce prix vient s’ajouter au palmarès des récompenses en possession de la Régie en reconnaissance de ses performances tant sur le plan managérial que sur le plan de la bonne gouvernance des services dont elle assure la gestion. En effet, la régie de Marrakech est un cas d’école à tous les niveaux. Elle fait partie des régies qui ont survécu  au mouvement de gestion déléguée et ont réussi la gestion des services publics. Partie avec des déficits financiers importants, Radeema a connu un revirement impressionnant au moment même où le Conseil de la ville souhaitait attribuer ses services eau, électricité et assainissement au privé.
En 2005, les élus marrakchis avaient même voté à l’unanimité la concession de ces trois services. Entre-temps, le ministère de l’Intérieur a enclenché un plan d’action pour le redressement de l’ensemble des régies. La déconfiture des gestionnaires délégués de Rabat, Tanger et Casablanca a constitué un défi pour que les régies réussissent là où les autres ont échoué. Au fur et à mesure de son ascension, la Radeema a fini par passer au contrôle d’accompagnement au lieu du contrôle au préalable. C’est-à-dire sans accord préalable de la part du comité d’audit, constitué par le ministère de l’Intérieur, des Finances et du Conseil de la ville. Ce qui lui donne de la latitude et surtout de la rapidité dans l’exécution de ses projets dont les extensions de sa step ou  encore ses programmes d’assainissement. Sa step a aussi obtenu les deux dernières années plusieurs distinctions. Elle est, depuis sa mise en service, enregistrée par les Nations unies au Mécanisme de développement propre (MDP). C’est le conseil exécutif du MDP, une instance chargée au titre du Protocole de Kyoto de lutter, entre autres, contre le changement climatique et le réchauffement planétaire, qui a homologué ce projet. Lequel reste la fierté de Marrakech et de sa régie qui sera certainement présenté aux invités de la COP22.
De notre correspondante,
Badra BERRISSOULE

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc