×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Le prix de L’Economiste pour la recherche en économie, gestion et droit
    Economie

    Retraite des fonctionnaires
    La réforme en plénière

    Par Mohamed CHAOUI | Edition N°:4805 Le 29/06/2016 | Partager
    Le vote de la CGEM et de l’Istiqlal décisif pour éviter le blocage
    Les syndicats réclament le retour des textes à la Commission
    Un seul amendement accepté: la retraite à 63 ans sur 6 ans au lieu de 3 ans

    La réforme des retraites franchit un nouveau palier. La Commission des finances de la Chambre des conseillers  a approuvé lundi les quatre projets de loi relatifs à la réforme des retraites des fonctionnaires. Le seul amendement accepté par le gouvernement a porté sur l’âge de la retraite à 63 ans sur trois ans qui passe à 6 ans, soit 6 mois par année. Cette proposition a été faite par le Conseil économique, social et environnemental dans son avis rendu, à la demande du gouvernement. Les autres amendements ont été refusés par les deux ministres, Driss El Azami et Mohamed Moubdiî, qui sont pressés d’en finir avec cette étape de la Chambre des conseillers où l’opposition est majoritaire. Le groupe parlementaire de la CGEM, qui a fait preuve d’assiduité, a voté en faveur du projet gouvernemental.
    A l’heure où nous mettions sous presse, les quatre projets de loi étaient programmés hier en séance plénière, après les questions orales. Deux scénarios étaient sur la table dont l’un consiste à approuver les textes avant de les transférer à la Chambre des représentants. Si cela se produit, l’opposition syndicale n’aura servi qu’à retarder le processus d’approbation. Après avoir boycotté  les discussions au sein de la Commission des finances, présidée par l’istiqlalien Rahal Mekkaoui, créant ainsi une division dans les rangs des syndicats, l’UMT et la CDT s’apprêtaient à proposer au vote, en plénière, le retour pur et simple des projets devant la Commission des finances. Officiellement, il s’agit de reprendre les discussions en profondeur. Officieusement, c’est une manière de retarder la progression du processus d’adoption. Il faut le dire, les syndicats ont déjà appliqué cette formule avec le ministre de la Santé qui avait réussi à faire adopter des projets de loi par la Commission (www. leconomiste.com). En plénière, les parlementaires ont voté en faveur de leur retour à la case départ. Cependant, cette fois-ci, il y a de fortes chances que la manœuvre ne se réalise pas. Il faut en effet tenir compte des conseillers de l’opposition et surtout du comportement du groupe de l’Istiqlal, qui s’est abstenu lors du vote de la Commission. D’autant que le retrait des deux centrales des discussions a affaibli l’opposition au sein de cette Chambre et facilité le travail de la majorité dans l’examen des projets de loi. D’ailleurs, après un réquisitoire contre l’istiqlalien Rahal Mekkaoui, l’accusant d’appliquer les consignes qui viennent du gouvernement, Azzedine Zekri, parlementaire de l’UMT, a annoncé sa démission de la Commission des finances.

    Commission d’enquête parlementaire

    Le processus de la création d’une Commission d’enquête parlementaire sur la Caisse marocaine des retraites est sur le point d’aboutir. Une source de la Chambre des conseillers affirme que les partisans de cette opération ont recueilli 43 signatures, soit plus du tiers des parlementaires qui sont au nombre de 120. La syndicaliste de l’UGTM Khadija Zoumi, à l’origine de l’initiative, veut enquêter sur la véracité des comptes de la CMR. Pour certains parlementaires syndicalistes, «le déficit dont parle le gouvernement n’est qu’un leurre. Un prétexte pour réaliser la réforme, dictée par les bailleurs de fonds internationaux».

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc