×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Le prix de L’Economiste pour la recherche en économie, gestion et droit
    Economie

    Oriental: Production record de sucre

    Par Ali KHARROUBI | Edition N°:4805 Le 29/06/2016 | Partager
    Plus de 15% par rapport à la précédente campagne
    Modernisation de la filière et richesse du sol, les causes
    oriental_sucre_005.jpg

     

     

    La production du sucre granulé surfe sur des indicateurs encourageants au niveau de l’Oriental. Elle devrait augmenter de 15% par rapport à la précédente campagne. Une saison 2015 qui a atteint 50.000 tonnes (+18% qu’en 2014). Idem pour la culture de la betterave qui devrait pulvériser la barre des 380.000 tonnes cultivées en 2015. Ces résultats record sont le fruit d’une approche innovante qui allie mécanisation totale de la chaîne de production au respect des exigences écologiques. Au fait, le périmètre de la Moulouya, avec ses 6.000 hectares dédiés à la culture betteravière, est le seul périmètre irrigué, sur le plan national, à avoir mécanisé sa culture à 100% avec recours à l’unique semence en monogerme.

    La betterave est commercialisée sur la base du taux de richesse en constituants naturels. Un atout compétitif dont disposent les plaines de Triffa, Zebra, Bouareg et Garet, riches en éléments nutritifs, favorables à la culture betteravière. «La filière compte plus de 1.500 agriculteurs regroupés en deux associations mères, l’une sur la rive droite et l’autre sur la rive gauche de la Moulouya, et qui sont tous engagés dans la nouvelle approche du ministère de l’Agriculture pour moderniser cette

    oriental_sucre_005.jpg

    La politique d’économie d’eau et traitement des eaux usées a ramené la consommation de la sucrerie à 0,07 m3/TB au lieu des 2,7 m3/TB et par conséquent réduit des rejets issus du lavage de betterave

    culture et accompagner l’unité de production de la région», souligne Hamid Chebabi, directeur régional de l'ONCA à Oujda.
    La Sucrafor (filiale de Cosumar) pilote toutes ces opérations et se veut une usine citoyenne qui s'inscrit dans une démarche de développement durable respectueuse de l’environnement. La mécanisation de la récolte de la betterave offre un apport important de matières organiques au sol (sur un hectare planté, plus de 30 tonnes de feuilles sont réintégrées dans le terrain). En parallèle le taux d’émission du gaz CO2 liée au transport est réduit de 4.000 tonnes/an avec économie de 150.000 litres de gasoil par an via le recours à des camions semi-remorques (44 tonnes) et des camions caissons de grande capacité (28 tonnes) au lieu des camions caissons toute catégorie de tonnage, est-il précisé auprès de cette usine.
    L’utilisation de ce type de camions a permis de réduire de 30% le nombre de trajets nécessaires au transport des betteraves. Un choix qui contribue à la conservation de la qualité de la betterave, la régularisation des livraisons avec meilleurs rendements et performances. L’opération d’arrachage et de livraison qui durait une trentaine d’heures est passée à moins de 6 heures.

    Repères

    La Sucrafor, sucrerie raffinerie de l’Oriental, fait partie des filières du groupe Cosumar.
    Elle est spécialisée dans l’extraction du sucre blanc granulé et s’étale sur une superficie de 26 hectares à Zaio.
    Regroupe 1.500 agriculteurs.
    Exploite 6.000 hectares.
    Produit 50.000 tonnes de sucre en 2015 (60% de la demande régionale).
    Fait travailler 70 ouvriers permanents,et 20 à 180 intérimaires selon la saison.
    Taux de satisfaction des agriculteurs à 76%.

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc