×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Le prix de L’Economiste pour la recherche en économie, gestion et droit
    Insolites

    Un Monde Fou

    Par L'Economiste | Edition N°:4804 Le 28/06/2016 | Partager

    ■ En prison pour ne pas avoir laissé passer le convoi du président!
    Un chauffeur routier zimbabwéen a récemment été condamné à deux ans de prison pour ne pas avoir laissé passer le convoi du président Robert Mugabe dans la capitale Harare. C’est en tout cas ce qu’a rapporté vendredi un quotidien local. D’après le journal privé NewsDay, Joseph Chakanetsa a été condamné pour conduite négligente car il n’a pas laissé passer l’escorte de Robert Mugabe, laquelle ramenait le président chez lui dans le quartier chic de Borrowdale. Et ce n’est pas tout. Le chauffeur en question a également été interdit à vie de conduire un poids lourd par le tribunal d’Harare. «M. Chakanetsa a été condamné après avoir plaidé coupable. Il a déclaré à la cour qu’il n’avait pas réalisé qu’il s’agissait de l’escorte présidentielle derrière son camion», raconte le journal. «Il a déclaré que le bruit de son camion l’a empêché d’entendre les sirènes de police. Et lorsqu’il a réalisé qu’il était au milieu du convoi présidentiel, il a littéralement perdu la tête», poursuit le quotidien. Le chauffeur a été arrêté 10 kilomètres plus loin après avoir tenté de s’enfuir en grillant plusieurs feux rouge et en empruntant des sens interdits. Le président Mugabe se déplace avec un convoi de 10 voitures et motos et les conducteurs qui perturbent l’escorte risquent l’arrestation ou encore d’être passés à tabac par ses services de sécurité.

    ■ Une petite grenouille protégée par décret
    Le gouvernement canadien vient d’adopter un décret d’urgence pour protéger une espèce de petite grenouille en péril dont l’habitat en banlieue de Montréal est menacé par l’urbanisation. Ce décret entrant en vigueur le 17 juillet vise à protéger un habitat critique de la «rainette faux-grillon de l’ouest» sur un territoire de 2 km2 dans trois municipalités de la rive sud de Montréal, a annoncé le ministre de l’Environnement, Catherine McKenna. Le décret en question empêchera la construction de près de 171 unités de logement prévues dans le cadre d’un projet immobilier. C’est en tout cas ce qu’a indiqué le ministère dans un communiqué. Plus de 1.000 unités ont déjà été construites dans le cadre de ce projet, initialement autorisé par le gouvernement du Québec. La rainette faux-grillon, qui mesure 2,5 centimètres et dont la couleur varie de brun à gris olive, gîte dans les milieux humides du sud du Québec et de l’Ontario, où elle est considérée comme une espèce en péril depuis 2010.
    Dans la région au sud de Montréal, plus de 90% de l’aire de répartition historique de cette espèce de rainette avait déjà disparu en 2009, selon le ministère de l’Environnement, notamment dans la ville de La Prairie, où se trouve le projet immobilier bloqué par le gouvernement. «Dans les banlieues du sud-ouest du Québec, la perte de l’habitat se fait si rapidement que les populations risquent de disparaître d’ici 2030», a averti le ministère.

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc