×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Le prix de L’Economiste pour la recherche en économie, gestion et droit
    Culture

    Festivals: Timitar ouvre la saison estivale

    Par Fatiha NAKHLI | Edition N°:4804 Le 28/06/2016 | Partager
    La 13e édition prévue du 13 au 16 juillet 2016
    40 spectacles, 3 scènes différentes et plus de 400 artistes
    festival_timitar_004.jpg

    Plus de 400 artistes sont attendus pour cette 13e édition. Comme chaque année, des milliers de spectateurs locaux et étrangers vont vibrer aux rythmes des musiques du monde mélangés aux sons du chant populaire marocain et de la musique amazighe (Ph. L’Economiste)

    Fidèle à ses messages de tolérance, communion, paix et fraternité, le festival Timitar Signe et Cultures revient cette année pour sa 13e édition, avec des artistes des quatre coins du globe. En effet, pour l’édition 2016, qui se déroule du 13 au 16 juillet, cet événement désormais incontournable offre au public un plateau artistique éclectique qui est devenu une véritable marque de fabrique: Nass El Ghiwane, Idir, Bombino, Rayssates, Rwayss, Daoudi, Aicha Tachinwite, Oudaden, Hoba Hoba Spirit, Fnaire, Tiken Jah Fakoly, Africa United, Sidi Bémol et Tamer Housni draineront les foules quatre jours durant. Des moments de partage avec des artistes, dont la plupart sont devenus des habitués pour avoir participé à plusieurs éditions. En tout, ce sont 40 spectacles qui sont programmés sur les 3 scènes: place Al Amal, le théâtre de verdure et place Bijaouane. Comme chaque année, des milliers de spectateurs locaux et étranges sont attendus pour vibrer aux rythmes des musiques du monde mélangés aux sons du chant populaire marocain et de la musique amazighe. «Au-delà de l’idée de créer une symbiose et de faire danser les foules dans l’homogénéité et la fraternité, l’objectif est aussi de bousculer les esprits statiques et d’interroger sur son environnement via Timitar off», indiquent les organisateurs. En effet, des activités parallèles sont programmées comme à l’accoutumée. Des chercheurs marocains et étrangers sont invités échanger leurs expériences et à débattre lors de tables rondes à thème. En l’occurrence, «La langue et la culture amazighe entre défis et attentes» et «La critique d’art et art postmodernes».
    La manifestation, qui a été reconnue parmi les 25 meilleurs festivals du monde par le prestigieux magazine anglais Songlines, mettra encore une fois Agadir sous les feux des projecteurs. Avec, espèrent les opérateurs locaux, des retombées économiques importantes, pour sortir la destination de sa léthargie. L’évènement placé sous le haut patronage royal est organisé par la wilaya Souss Massa, le conseil régional, la municipalité d’Agadir, l’ONMT, le CRT d’Agadir et l’Association des hôteliers d’Agadir.

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc