×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Le prix de L’Economiste pour la recherche en économie, gestion et droit
    Régions

    Casablanca/Réinsertion d’ex-détenus
    La filière automobile s’engage

    Par Aziza EL AFFAS | Edition N°:4801 Le 23/06/2016 | Partager
    2.500 bénéficiaires seront intégrés par l’Amica d’ici 2020
    Une centaine chez Renault et Peugeot PSA
    En 2015: 1.670 micro-projets créés dans divers secteurs

    Le secteur automobile se mobilise pour l’insertion des ex-détenus. La filière vient de signer trois conventions avec la Fondation Mohammed VI pour la réinsertion des détenus. La cérémonie de signature a été présidée par le Souverain mardi 21 juin au centre pénitentiaire «Oukacha» de Casablanca. Il s’agit en fait d’un programme d’appui aux micro-projets et à l’auto-emploi des ex-détenus, dont le coût s’élève à plus de 5,2 millions de DH. Le projet d’insertion bénéficie à 333 anciens détenus originaires des villes de Casablanca, Rabat, Kénitra, Fès, Khémisset, Tanger, Salé, Safi, Beni Mellal, Agadir-Ait Melloul, Taroudant, Tiznit et Inzegane.
    La première convention est relative au développement de l’offre de formation des détenus dans les métiers de l’automobile et la réinsertion des bénéficiaires dans les sociétés affiliées à l’Association marocaine pour l’industrie et le commerce de l’automobile (Amica). Elle a pour objectif la formation et la réinsertion de 500 bénéficiaires par an à partir de l’année 2016 et à l’orée de l’année 2020, soit 2.500 bénéficiaires pour toute la période de l’opération. La deuxième convention a trait à la réinsertion par le groupe Renault de 50 ex-détenus, ayant bénéficié du programme de réinsertion socioprofessionnelle mis en place par la Fondation Mohammed VI pour la réinsertion d’ex-détenus. Cette convention a été signée par Mohammed El Azami, membre du conseil d’administration de la Fondation Mohammed VI, et Marc Nassif, DG du groupe Renault Maroc.
    La 3e convention porte sur la réinsertion par le groupe Peugeot-Citroën (PSA) de 50 ex-détenus. Elle a été signée par Mohammed El Azami et Rémi Cabon, représentant du groupe Peugeot-Citroën. A cette occasion, le Souverain a remis des chèques de soutien financier et divers équipements aux ex-détenus porteurs de projets AGR (activités génératrices de revenus) de la région du Grand Casablanca.
    «Outre les grands groupes qui emploient des dizaine de milliers de salariés, beaucoup d’autres projets arrivent dans le secteur automobile. Ce qui augmente la capacité d’absorption de la filière», relève Hakim Abdelmoumen, président de l’Amica. Accompagnés et formés dans le milieu carcéral, les détenus sélectionnés dans le cadre de ce programme seront intégrés dès leur libération, annonce Abdelmoumen, ajoutant que d’autres filières pourraient suivre l’exemple de l’Amica, en employant des ex-détenus, des personnes à mobilité réduite… Il s’agit du meilleur moyen de réinsertion et de réhabilitation de ces populations vulnérables.
    Selon le dernier bilan 2015, 1.719 anciens détenus sont intégrés dans des entreprises citoyennes, alors que 1.670 micro-projets ont été créés dans divers secteurs d’activité.
    Le Souverain a également procédé à la remise de diplômes à des détenus ayant passé avec succès leurs examens du baccalauréat, ainsi qu’à des détenus lauréats de la formation professionnelle et de l’enseignement supérieur.
    Pour rappel, la Fondation Mohammed VI pour la réinsertion des détenus a créé des centres de formation professionnelle au sein des établissements pénitentiaires (55 actuellement), qui ont pour mission de dispenser aux pensionnaires des programmes de formation diversifiés, leur permettant d’acquérir des compétences et des connaissances professionnelles en adéquation avec leur environnement socio-professionnel. Ce qui va leur permettre d’avoir un statut social valorisant et surtout de la dignité.

    Un taux de récidive de 3,44%

    Selon le dernier bilan des activités de la Fondation Mohammed VI pour la réinsertion des détenus au titre de 2015,  sur un échantillon de 3.893 bénéficiaires du suivi de l’accompagnement post-carcéral, seuls 134 sont revenus en prison, soit un taux de 3,44%. La Fondation Mohammed VI pour la réinsertion des détenus a réalisé, durant la période 2006-2015, plusieurs centres d'accompagnement post-carcéral dans les villes de Casablanca, Salé, Agadir, Oujda, Marrakech, Fès, Tanger, Settat, Béni Mellal et Safi, tandis que 5 autres sont en cours de réalisation à Laâyoune, Meknès, Tétouan, Khouribga et Nador. A ce jour, 5.879 personnes ont déjà bénéficié d’un accompagnement social, 8.205 de l’administratif, 9.753 d’un soutien juridique et médical (23.837).

     

     

    Retrouvez dans la même rubrique

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc