×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Economie

    Tourisme: Haddad défend son bilan

    Par Amine BOUSHABA | Edition N°:4801 Le 23/06/2016 | Partager
    109 milliards de dirhams en 2015
    Capacité litière: 250.000 d’ici la fin de l’année
    2% de croissance prévue
    tourisme_haddad_001.jpg

    Durant la période 2012-2015, les arrivées aux postes frontières ont enregistré une croissance moyenne annuelle de 3%

    A la veille de l’échéance du mandat du gouvernement Benkirane, l’heure est aux bilans et Lahcen Haddad n’est pas peu fier de celui de son département! C’est mardi autour d’un ftour, réunissant le gotha de son parti, le Mouvement populaire, en présence de Mohand Laenser, Mohamed Ouzzine et l’ensemble des élus harakis, de quelques représentants du secteur, que le ministre du Tourisme a fait le point sur le mandat gouvernemental 2012- 2016 ainsi que sur  les principales réalisations dans les différents chantiers du secteur. «En 2013, pour la première fois dans l’histoire du Maroc, nous avons dépassé la barre de 10 millions de touristes, avec un chiffre d’affaires qui a atteint les 109 milliards en 2015», a déclaré le ministre en guise de préambule.
    Le ton est donné, ici, il ne sera guère question de la grise mine affichée par le secteur, de l’inquiétude des professionnels face à la stagnation, des arrivées et la baisse des nuitées dans toutes les villes touristiques du Royaume, mais plutôt de résilience face à la crise, de diversification des marchés et de l’offre, de modernisation de la gouvernance, d’employabilité, ou encore d’amélioration de la compétitivité…
    Et les chiffres avancés par le ministre sont plutôt rassurant: 109 milliards  de dirhams de chiffre d’affaires en 2015, dont quelque 33 milliards pour le tourisme national. Ce qui fait du tourisme le deuxième plus grand contributeur à l’économie nationale selon le ministre.Même classement au niveau de l’emploi avec quelque 507.000 postes directs ce qui représente 5% au niveau de l’emploi de l’ensemble de l’économie nationale
    en croissance de 5,6% sur les cinq années.
    Concernant la capacité litière, même satisfaction affichée: de 180.000 en 2012 celle-ci est passée à 230.000 actuellement et ne tarderait pas, avec les chantiers en cours, à atteindre les 250.000 lits d’ici la fin de l’année. Ce qui fait dire au ministre que l’objectif des 350.000 lits pour 2030 est presque atteint.
    Quid des chiffres qui fâchent? Les derniers chiffres de l’observatoire du tourisme (à fin mars 2016) font état d’une poursuite de la baisse des arrivées de touristes internationaux mais surtout des nuitées. Et si on constate une stagnation des nuitées à  Marrakech, celles d’Agadir ont diminué de 2%, -7% à Rabat, mais la situation la plus alarmante reste celle de Fès avec  -22%.
    Le ministre pour sa part préfère apprêhender les chiffres sur la globalité du mandat  2012-2015.  L’indicateur des arrivées aux postes frontières a enregistré une croissance moyenne annuelle de 3% durant la période  grâce notamment à la politique de diversification des marchés. Ce qui a permis la réalisation de performances positives notamment au niveau des marchés d’Allemagne et du Royaume Uni, avec respectivement un taux de croissance annuelle moyenne de 13  et 12%. Les efforts de promotion visant la conquête de nouveaux marchés ont été concluants,  selon le ministre, qui note  une croissance annuelle moyenne positive pour le Brésil (+19%), l’Inde (+8%), la Chine (+15%), le Moyen Orient (+9%) et l’Amérique du Nord (+8%).
    Haddad soutient que malgré la stagnation de l’affluence en provenance des marchés occidentaux, la régionalisation des vacances scolaires attirera davantage de Marocains dans les destinations estivales.
    Selon lui, l’objectif à fin 2016 sera une croissance de 2% pour l’ensemble des arrivées touristiques, une progression de 2% des recettes en devises, et de 2% au niveau des emplois créés. Une croissance certes mais qui nous laisse encore très loin de l’objectif des  20 millions d’arrivées visées dans 4 ans.

     

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc