×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Le prix de L’Economiste pour la recherche en économie, gestion et droit
    Economie

    Automobile
    Une filière en avance sur ses objectifs

    Par Hassan EL ARIF | Edition N°:4800 Le 22/06/2016 | Partager
    Plus de 2 milliards d’euros d’investissements sécurisés d’ici 2017
    Des discussions avec Volkswagen et Ford
    automobile_000.jpg

     A l’horizon 2020, la filière automobile devrait dépasser les objectifs fixés dans le cadre du plan d’accélération industrielle

    C’est le seul secteur qui a actuellement le vent en poupe. En témoignent ses principaux indicateurs. La filière enregistre chaque année une croissance à l’export de 20 à 25%. A fin 2016, les exportations automobiles devraient atteindre 60 milliards de DH. Le ministère de tutelle table sur 100 milliards de DH à l’horizon 2020. La valeur ajoutée locale, qui est d’environ 30% actuellement, devrait s’élever à 65 milliards de DH.
    Par ailleurs, la feuille de route sectorielle ambitionne d’atteindre des investissements de l’ordre de 1,4 milliard d’euros à l’horizon 2020. Les investissements engagés pour 2017 s’élèvent déjà à plus de 1,1 milliard d’euros. Le contrat-programme prévoit la création de 66.500 nouveaux emplois. 32.000 postes ont déjà été sécurisés d’ici 2017. «En 2020, la filière aura créé plus de 175.000 emplois», affirme Hakim Abdelmoumen, président de l’Amica. La filière s’est engagée à réaliser un chiffre d’affaires additionnel de plus de 3 milliards d’euros à l’horizon 2020. A trois ans de cette échéance, le secteur a déjà atteint plus de 2,2 milliards d’euros.
    Le secteur surfe sur une conjoncture favorable. Après l’implantation de Renault à Tanger, puis le projet de PSA dans la région du Gharb, d’autres constructeurs automobiles sont en négociation avec les pouvoirs publics pour la construction d’une unité de montage. Il s’agit de l’allemand Volkswagen et de l’américain Ford. Déjà présent à Tanger via une équipe d’achats, ce dernier compte doubler son sourcing local. Dans la foulée des constructeurs automobiles, plusieurs équipementiers envisagent de prendre pied au Maroc ou redimensionner leur outil de production. Selon nos informations, le ministère de l’Industrie devrait bientôt signer des conventions d’investissement avec des géants mondiaux de l’automobile. A l’horizon 2020, la capacité de production locale atteindra 1 million de véhicules, avec un sourcing local de 3 milliards d’euros.

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc