×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

    Entreprises

    Bourse: Pourquoi acheter Marsa Maroc

    Par Franck FAGNON | Edition N°:4798 Le 20/06/2016 | Partager
    Le prix d'introduction en Bourse bien accueilli
    L'action devrait offrir un rendement du dividende de 5,2%
    Les souscriptions démarrent ce lundi 20 juin
    boourse_marsa_maroc_098.jpg

    Dans un marché qui a connu plus de bas que de hauts ces dernières années, les investisseurs sont davantage à la quête des valeurs de rendement. Marsa Maroc devrait offrir un rendement du dividende annuel de 5,2%, ce qui reste relativement attractif puisque le marché propose un dividend yield aux alentours de 4% aujourd'hui

    Même en plein mois du Ramadan et des horaires de travail réduits, les souscriptions à l'introduction en Bourse de Marsa Maroc, qui démarrent ce 20 juin, devraient attirer du monde. Les actions seront cédées dans une fourchette de prix comprise entre 55,25 et 71,50 DH. Mais le tarif de référence de l'action de la société d'exploitation des ports est de 65 DH, ce qui la valorise à 4,77 milliards de DH. Le prix de sa mise sur le marché n'a pas suscité de controverse, ce qui est déjà un bon indicateur pour les investisseurs. L'Etat qui est à l'origine de l'opération (il cède 40% du capital) se devait de donner l'exemple après les critiques répétées du ministre des Finances sur les valorisations de certains émetteurs. «Il est inacceptable d'avoir des entreprises qui s'introduisent en Bourse avec des valorisations qui dépassent la logique», avait soutenu Mohamed Boussaid au Club de L'Economiste en janvier dernier.
    Marsa Maroc, qui mènera la plus importante introduction en Bourse depuis 2008, affiche une situation financière saine et offre un potentiel de croissance assez intéressant, relève CFG Bank. La société affichait un endettement net négatif en 2015. Aujourd'hui, elle dispose d'une trésorerie assez importante de l'ordre de 600 millions de DH qui lui permettra d'être assez agile en termes d'investissement. L'entreprise prévoit d'engager 3,4 milliards de DH d'ici 2016. Mais cette enveloppe pourrait significativement augmenter en cas d'obtention de nouvelles concessions dans les ports qui vont entrer en service les prochaines années. L'entreprise table sur des investissements globaux de l'ordre de 10 milliards de DH sur dix ans.
    S'ils se concrétisent, ils devraient créer de la valeur pour l'entreprise et donc relever ses prévisions de croissance de chiffre d'affaires sur la période. Avec les investissements arrêtés aujourd'hui et les prévisions de croissance de l'activité, Marsa Maroc table sur une progression moyenne annuelle de 4,5% de ses revenus jusqu'en 2025. Aujourd'hui, la société revendique une part de marché de 44%. En excluant les industriels comme l'OCP et Taqa Morocco qui traitent en propre leurs opérations, la part de marché de Marsa Maroc est bien plus importante. Par ailleurs, la nature de son actionnaire majoritaire devrait lui faciliter un certain nombre de choses.
    Le business plan, jugé très conservateur, laisse entrevoir de bonnes perspectives pour la société de gestion portuaire. Toutefois, plusieurs entreprises qui se sont introduites en Bourse n'ont pas tenu les promesses annoncées au marché et connaissent un parcours en dents de scie sur la cote. Il faut espérer un meilleur sort pour Marsa Maroc.
    Dans un marché qui a terminé dans le rouge à cinq reprises sur les sept dernières années, les investisseurs sont davantage à la recherche des valeurs de rendement. Selon le business plan, Marsa Maroc devrait verser au moins 250 millions de DH de dividendes par an sur la période 2016-2020, soit 3,4 DH par action. Cela correspond à un rendement du dividende annuel de 5,2%. Il reste relativement attractif puisque le marché propose un dividend yield aux alentours de 4% aujourd'hui. «Le niveau de dividende par action retenu constitue à terme une base minimale de distribution. En tenant compte de l'évolution future de la trésorerie récurrente, le dividende pourrait dépasser 6 DH par action à moyen terme», estime Attijari Intermédiation. Par ailleurs, «Marsa Maroc offre une opportunité de diversification sectorielle aux investisseurs et aussi une possibilité de s'exposer en partie aux métiers mondiaux du Maroc», analyse CFG Bank.
    Les investisseurs ont montré un certain appétit pour les dernières introductions en Bourse. Il est difficile d'imaginer qu'il n'en soit pas de même pour Marsa Maroc, surtout dans un contexte de baisse des taux obligataires. Les investisseurs  sont davantage à la quête de nouvelles opportunités de placement. L'abondance de cash sur le marché aujourd'hui conjuguée aux taux bas pourraient multiplier les arbitrages en faveur des actions cotées et donner un nouvel élan à la place.

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc