×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Insolites

Un Monde Fou

Par L'Economiste | Edition N°:4797 Le 17/06/2016 | Partager

■ Forcés à condamner leur mare pour cause de grenouilles bruyantes
Des retraités français ont été condamnés à combler leur mare en raison de coassements bruyants de grenouilles indisposant leur voisin. Ainsi, dans un jugement ayant eu lieu début juin, le couple Pécheras demeurant à Grignols dans le sud-ouest de la France a été contraint de combler d’ici quatre mois, avec astreinte de 150 euros par jour de retard, la mare au cœur d’une procédure depuis plus de quatre ans. D’environ 20 mètres sur 20 pour 1,20 mètre de profondeur, elle compte quelques gardons, des palmipèdes, des moustiques et des grenouilles. «Une vingtaine, trentaine, peut-être», selon Michel Pécheras, mais dont le chant, à la saison des amours, de début avril à début juin, insupporte le voisin. «Des bruits à la campagne, quoi», plaide le propriétaire de la mare. «Un bruit infernal», estime le plaignant. Un constat d’huissier a précisé que le coassement des batraciens a atteint 63 décibels depuis l’une des chambres du voisin, «fenêtre ouverte». Un niveau entre le lave-linge et l’aspirateur, d’après l’association France Acouphènes. En mars 2014, un premier jugement avait débouté  le plaignant, considérant que le «vacarme» n’était pas prouvé, quand, par comparaison, le bruissement des feuilles sous l’effet du vent oscille entre 30 et 40 décibels. Début juin, la Cour d’appel a retenu «la création illicite d’une mare dans la proximité immédiate d’une habitation» - les Pécheras avaient bouché une mare préexistante et rouvert une autre un peu plus loin du voisin. En considérant aussi que les troubles engendrés par le point d’eau dépassent les «inconvénients normaux du voisinage». Le couple en question prévoit de se pourvoir en cassation pour faire valoir l’utilité de leur mare en terme de biodiversité ou de point d’eau éventuel pour les pompiers.

■ Un politicien dissimulait des millions dans un monastère
Un haut fonctionnaire argentin des gouvernements de Nestor puis Cristina Kirchner a été littéralement pris la main dans le sac. Il a en effet été arrêté mardi tandis qu’il tentait de cacher des sacs contenant plus de 8 millions de dollars dans le jardin d’un monastère. L’ancien secrétaire aux Travaux publics José Lopez, 55 ans, a été pris en flagrant délit par des policiers alors qu’il lançait des sacs par-dessus le portail du monastère de la ville de General Rodriguez, seulement habité par deux religieuses âgées. Les policiers ont découvert dans les 160 sacs des liasses de dollars, d’euros, des bijoux ainsi qu’un fusil dans sa voiture. «On aurait dit une scène de film policier, il va devoir rendre des comptes et expliquer ce qu’il faisait là avec tout cet argent et une arme», a affirmé le chef du gouvernement argentin, Marcos Pena. «Lopez était très impliqué dans les travaux publics, effectués de manière très douteuse, lors du précédent gouvernement. (…) Cela prouve, au minimum, qu’il y avait d’énormes problèmes de transparence et, au pire, de graves problèmes de corruption», a confié Pena.

 

 

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc