×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

    Culture

    Institut français
    18 concerts pour les Nuits du Ramadan

    Par Aïda BOUAZZA | Edition N°:4797 Le 17/06/2016 | Partager
    Au programme: Titi Robin et Mehdi Nassouli, Maâlem Boussou Ganga, Smadj et Soufiane Saidi
    La 10e édition offrira 18 concerts jusqu’au 26 juin
    film_if_097.jpg

    Titi Robin et Mehdi Nassouli  ont ravi leur public lors des premiers concerts donnés dans le cadre des Nuits du Ramadan

    Musique, partage, convivialité et spiritualité seront au rendez-vous  jusqu’au 26 juin avec  la 10e édition des Nuits du Ramadan de l’Institut français. Fort de son succès, l’évènement né en 2007 à El Jadida,  s’est étendu à tous les sites de l’Institut français du Maroc en 2012. Durant une dizaine de 10 jours, la programmation propose un retour aux sources de la musique maghrébine, une musique qui se veut située entre tradition et modernité, dans un dialogue fructueux avec l'autre rive de la Méditerranée. Le son du oud, du guembri ou de la derbouka mêlé aux notes de la guitare, de la trompette et du clavier feront vibrer les aficionados.
    Parmi les artistes qui participent cette année aux Nuits du Ramadan, figurent Titi Robin et Mehdi Nassouli, Maâlem Hassan Boussou, Smadj et Soufiane Saidi qui partageront la scène avec des groupes locaux. Des talents venus des deux rives de la Méditerranée, voire de l’autre côté de l’Atlantique, bâtisseurs de ponts entre deux cultures. Ainsi, Titi Robin et Mehdi Nassouli ont lancé les festivités au Théâtre 121 à Casablanca le 15 juin avec un concert aux sonorités «Taziri», un blues méditerranéen du nom de l’album sur lequel ils ont collaboré. Signifiant clair de lune en berbère, «Taziri est là pour éclairer nos nuits», explique Titi Robin. L’artiste a construit dès le début de sa carrière un univers musical très personnel, cherchant une harmonie entre les différentes cultures qu’il côtoie, principalement celles des communautés gitanes et orientales. Quant à Mehdi Nassouli, ce jeune gnaoui à l’univers atypique est connu pour être un spécialiste du hajhouj. Ce musicien au talent avéré a participé à plusieurs fusions et résidences au Maroc comme à l’étranger et a notamment collaboré avec des artistes comme Alpha Blondy, Nneka ou encore Sami Waro. Sur les 18 concerts programmés, Maâlem Hassan Boussou se produira également pour les Nuits du Ramadan sur les différents sites de l’Institut français. Fils du regretté Maâlam H’mida Boussou, ce dernier poursuit l’œuvre de son père au sein de la troupe Boussou Ganga et continue un parcours professionnel et expérimental en participant à la sauvegarde du patrimoine Gnawa. La troupe Boussou Ganga compte plusieurs collaborations musicales à son actif notamment avec des artistes comme Randy Weston, Cheikh Tidian Seck, Sibré Samaké… L’éclectisme musical se poursuit avec le oudiste d’origine tunisienne, Smadj, avant de découvrir le tai électro de l’Algérien Soufiane Saidi.

     

     

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc