×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Le prix de L’Economiste pour la recherche en économie, gestion et droit
    International

    Attentats du 11-Septembre
    La CIA va déclasser un rapport top secret

    Par Jihad RIZK | Edition N°:4793 Le 13/06/2016 | Partager
    «Pas de preuves sur la complicité saoudienne»
    Riyad affirme n’avoir aucune crainte

    Le directeur de la CIA John Brennan affirme le 11 juin qu’un rapport top secret sur le 11-Septembre pourrait être déclassifié. Ce document ne devrait pas être considéré comme une preuve de la complicité de l’Arabie saoudite dans ces attaques.
    Une décision doit être annoncée prochainement sur une possible déclassification de ce document ultrasensible qui dort depuis 15 ans dans un coffre-fort du Congrès des Etats-Unis.
    Le rapport avait été rédigé en décembre 2002 par les commissions sur le Renseignement de la Chambre des représentants et du Sénat. Mais le président américain de l’époque, George W. Bush, l’avait expurgé de 28 pages dont il avait ordonné la classification. Officiellement pour protéger les méthodes et les sources du Renseignement national.
    L’ancien vice-président de la commission sénatoriale, ex-sénateur de Floride, Bob Graham, a récemment réclamé que ces 28 mystérieuses pages soient rendues publiques. Il accuse des responsables saoudiens (en particulier d’anciens agents de l’ambassade d’Arabie saoudite à Washington et du consulat en Californie) d’avoir apporté une aide financière aux pirates de l’air des avions-suicide du 11 septembre 2001.
    «Je crois que ces 28 pages vont être rendues publiques. Je pense que c’est bien qu’elles le soient. Mais les gens ne devraient pas prendre cela comme une preuve de la complicité saoudienne dans les attaques», affirme le chef de la CIA dans une interview à la chaîne Al Arabiya.
    John Brennan a souligné que «le rapport avait été rédigé un an après les pires attentats jamais commis sur le sol américain et revendiqués par Al-Qaïda». Près de 3.000 morts recensés: 15 des 19 auteurs étaient Saoudiens. C’était un rapport très préliminaire, qui tentait de rassembler des éléments d’information, sur qui était «responsable» de ces attaques, poursuit le chef du Renseignement US. «Par la suite, la commission sur le 11-Septembre a soigneusement examiné les allégations d’une implication saoudienne. Sa conclusion a été qu’il n’y avait pas de preuves que le gouvernement saoudien en tant qu’institution ou que des responsables saoudiens à titre individuel aient soutenu les attaques», précise le haut responsable sécuritaire.
    Brennan ajoute qu’au cours des 15 dernières années, les Saoudiens «sont devenus parmi nos meilleurs partenaires dans la lutte contre le terrorisme».
    Riyad a affirmé n’avoir rien à craindre des 28 pages. Pour des diplomates américains et saoudiens à Washington, la monarchie a été lavée de tout soupçon lors de la publication en juillet 2004 d’un autre document officiel faisant autorité: le rapport final de la commission nationale sur les attaques terroristes contre les Etats-Unis.

    Allégeance d’Al-Qaïda

    Le chef d’Al-Qaïda, Ayman al-Zawahiri, a prêté allégeance au nouveau leader choisi par les talibans afghans après la mort de leur ancien chef dans une attaque américaine, rapporte le centre américain de surveillance de sites jihadistes (SITE). Ayman al-Zawahiri a proclamé cette allégeance au mollah Haibatullah Akhundzada, dans un message audio de 14 minutes mis en ligne sur ces sites. Une allégeance qui est présentée par son auteur comme «une tradition (instaurée) par notre chef Oussama ben Laden».

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc