×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Economie

    Eau potable
    Prêt de 900 millions de DH à l’ONEE

    Par Abdelaziz GHOUIBI | Edition N°:4792 Le 10/06/2016 | Partager
    C’est la 13e opération de la BAD en faveur du secteur
    Plusieurs agglomérations et zones rurales concernées
    Le cumul porte sur 12 milliards de dirhams

    L’Office national d’eau et d’électricité vient de décrocher un nouveau prêt de 88,8 millions d’euros (environ 900 millions de DH). L’emprunt approuvé  jeudi dernier par la Banque africaine de développement (BAD) constitue la 13e opération en faveur du secteur de l’eau potable et de l’assainissement au Maroc. Ce qui porte le total de l’engagement de la BAD à 12 milliards de DH.  
    Le projet vise à renforcer et à sécuriser l’approvisionnement en eau potable de plusieurs agglomérations, notamment Bouznika, Ben Slimane, Youssoufia et Safi. De même qu’il est destiné  à améliorer la qualité d’eau au niveau de la zone du Bouregreg (aération artificielle et traitement par ozonation). Sans oublier la mise en place de systèmes de réduction des pertes et d’optimisation de l’exploitation. Sa mise en œuvre effective permettra de satisfaire les besoins en eau potable et industrielle jusqu’à 2030 d’une zone considérée parmi les plus peuplées du pays (plus de 5 millions d’habitants). Les agglomérations couvertes connaissent aussi un essor économique, touristique et industriel.
    Le projet  permettra également d’améliorer l’efficacité des systèmes d’adduction d’eau potable pour les populations des zones périurbaines et rurales avoisinantes. Des franges de population pour lesquelles l’accès à l’eau potable  n’est pas toujours sécurisé.
    De son côté, le secteur privé devrait en profiter via les volumes supplémentaires qui seront dégagés. En particulier, les activités touristiques et agro-industrielles dont les besoins en eau sont en hausse continue.  L’impact pour l’Office est aussi important.
    Le nouveau prêt cible par ailleurs  l’introduction de techniques innovantes telles que l’ozonation, l’amélioration des rendements des réseaux et le choix de variantes plus économiques. Ce qui lui permettra de consolider ses acquis en matière de recherche et de développement de ses compétences en matière de conception et de réalisation de projets.

    Un demi-siècle d’implication

    La Banque africaine de développement est présente dans le secteur de l’eau depuis 1970. Elle a accompagné l’ONEE dans sa mission  de fournir de l’eau potable aux populations urbaines et rurales et aux acteurs économiques (industries, secteur touristique). Elle s’est engagée également dans la mise en place des systèmes d’assainissement via le financement de plusieurs projets couvrant la plupart des villes du pays. Les relations entre la banque et son partenaire l’ONEE se sont renforcées sur les cinq dernières années. En particulier depuis la signature par l’Office de son contrat-programme avec le gouvernement.

     

     

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc