×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Economie

Engouement pour le statut d'auto-entrepreneur

Par Khadija MASMOUDI | Edition N°:4792 Le 10/06/2016 | Partager
Plus de 20.500 personnes ont souscrit
La majorité exerce à domicile
autoentrepreneur_092.jpg

La majorité des auto-entrepreneurs ne disposent pas de local dédié à leur activité. 54% travaillent à domicile

Un auto-entrepreneur sur deux travaille à domicile, 18% sont dans le commerce non sédentaire et 4 auto-entrepreneurs sur 10 sont des femmes! Ce statut séduit et cadre avec les attentes puisqu'il accorde une flexibilité avec la levée de l'obstacle du local. Les auto-entrepreneurs peuvent exercer leur activité à leur lieu de résidence ou dans un local partagé entre plusieurs entreprises.
Le bilan du statut de l'auto-entrepreneur, dont le démarrage date de septembre 2015, livre des résultats intéressants.  A fin mai, 20.552 personnes y ont déjà souscrit. A ce rythme, les objectifs annuels, voire ceux fixés d'ici 2020 pourraient être atteints plus tôt que prévu.  Le ministère délégué chargé des Petites entreprises et de l’Intégration du secteur informel vise une population de 100.000 auto-entrepreneurs à l’horizon 2020, soit 20.000 par an.
Cet engouement, qui dépasse les attentes, est enregistré alors même que le volet retraite et assurance maladie qui doivent servir de «produits d'appel» n'est pas encore mis en place. Il est intégré dans les projets sur la couverture des indépendants en discussion à la deuxième Chambre du Parlement.
La moitié des auto-entrepreneurs exercent dans le commerce alors que trois sur dix opèrent dans les  services. L'artisanat où le potentiel reste important compte 14% d'auto-entrepreneurs et 4% sont dans l'industrie.
Le concept a surtout pris dans les régions de Casablanca-Settat et Rabat-Salé-Kénitra avec respectivement 29 et 20% d'inscriptions au registre. Viennent ensuite Marrakech-Safi (10%), Fès-Meknès (8%), Béni Mellal-Khénifra (8%) et Tanger-Tétouan-Al Hoceima (8%).
L'adhésion à ce dispositif a été simplifiée au maximum et les  guichets sont accessibles puisque  le pilotage opérationnel est confié à Barid Al-Maghrib. Les banques qui ont signé une convention de partenariat avec Poste Maroc ont déployé le dispositif dans 718 agences bancaires.  
 Sur simple présentation de la carte nationale, l’entrepreneur se voit remettre un identifiant et il est inscrit  au registre des auto-entrepreneurs. En exigeant le minimum de paperasse, l'objectif n'est autre que d'attirer vers le secteur formel toutes ces activités non organisées. L’enquête 2007 du Haut commissariat au plan  avait recensé près de 1,5 million d’unités de production informelles, réalisant un chiffre d’affaires de  279,9 milliards de DH. Ce qui représente un chiffre d’affaires moyen par unité informelle de 180.559  DH et aussi un  manque à gagner important pour l'Etat en termes de recettes fiscales.

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc