×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Régions

Marrakech se dote de vélos électriques

Par Stéphanie JACOB | Edition N°:4791 Le 09/06/2016 | Partager
Une nouvelle action estampillée “COP22”
500 unités sont en vente
Une technologie profitable au climat
velo_electrique_091.jpg

Quelque 500 vélos ELectric BIKE de la marque française Moove sont en vente dans la galerie marchande du centre-ville de Guéliz, derrière le magasin de chaussures Atika. Une alternative écolo à la mobilité urbaine (Ph. Moove)

Marrakech s’équipe, se réunit et se transforme. Plus que 6 mois avant l’arrivée des 25.000 participants attendus pour la COP22. Si les travaux d’aménagement du site à Bab Ighli sont lancés, la ville fourmille de petites actions estampillées «vert». Alors que les bus électriques sont annoncés, ce sont les vélos eux aussi électriques qui font leur entrée. De quoi préserver notre qualité de l’air et concrètement agir en faveur du climat. Au total, 500 vélos ELectric BIKE de la marque française Moove, fabriqués en Chine, sont en vente dans la galerie marchande du centre ville de Guéliz, derrière le magasin de chaussures Atika. Ces modèles dotés de moteur électrique rechargeable ne dénature en rien la fonction première du vélo. Il faut toujours pédaler! Sauf que cette batterie n’envoie son énergie au moteur que pour amplifier le mouvement du pédalier. Un excellent moyen pour limiter les 2 roues si polluants et si répandus à Marrakech. D’autant qu’ils coûtent sensiblement le même prix, les vélos électriques étant vendus 8.500 DH. Mais pour quels bénéfices… Pour l’usager déjà qui s’acquitte des frais d’essence, et pour la planète qui suffoque avec un vaste parc de mobylettes non réglées, qui sont à l’origine d’hydrocarbures imbrûlées et rejetées aux effets cancérigènes accentuant au passage la dégradation de l’ozone. Cette commercialisation marocaine se destine à la fois aux particuliers et aux établissements touristiques et hôteliers qui souhaitent proposer une alternative écolo à la mobilité urbaine.
Pour information, ces engins, en plein dans l’air du temps, roulent à 27 km/h pour une autonomie de 75 km. La batterie au lithium, qui coûte à elle seule 5.000 DH pour une durée de vie de 600 recharges, se charge en seulement 3 heures sur n’importe quelle prise et consomme en électricité aussi peu qu’une batterie de téléphone portable. Des vélos à la fois légers, dotés du mode sans assistance, et pour la touche pratique, d’un système de pliage du guidon, du cadre et des pédales, idéal pour leur transport. Une acquisition qui a un coût, assurée par un service après-vente et la garantie, mais qui permet d’allier effort physique, économie de carburant polluant et préservation de l’environnement.
De notre correspondante,
Stéphanie JACOB

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc