×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Le prix de L’Economiste pour la recherche en économie, gestion et droit
    Economie

    Défense commerciale: Cinq ans pour le papier

    Par Khadija MASMOUDI | Edition N°:4791 Le 09/06/2016 | Partager
    Nième dispositif de protection du papier en rame et en bobine
    Med Paper obtient gain de cause

    Une nouvelle mesure de défense commerciale vient d'être entérinée par le ministère de l'Industrie. Cette fois c'est le papier en rame et en bobine qui est visé. Un droit additionnel ad valorem de 25% sera dorénavant appliqué sur les importations de ces produits utilisés pour l’écriture, l’impression ou à d’autres fins graphiques.  Le papier ciblé est fabriqué principalement à partir de la pâte blanchie ou celle  obtenue par un procédé mécanique ou chimio-mécanique d'un poids au mètre carré n'excédant pas 150 grammes. Seul le papier destiné à la production des articles d’édition est exempté.
    Prévue pour 5 ans, cette mesure de sauvegarde sera démantelée selon un calendrier précis: une baisse de 2,5 points par an du taux additionnel à partir de 2017. Le processus prendra fin en 2020, une année durant laquelle le droit additionnel sera de 15%. Elle fait suite à une requête de Med Paper, seul producteur local. L'entreprise avait obtenu en septembre 2014 un bouclier antidumping contre le papier A4 originaire du Portugal. Cinq mois plus tard, Med Paper est revenue à la charge avec une demande de clause de sauvegarde. L'enquête menée par le département du Commerce extérieur a été concluante. Les importations de papier en bobine et en rame ont connu un accroissement massif aussi bien en termes absolu que relatif par rapport à la production nationale. Les achats de papier en bobine ont augmenté de 100% au premier semestre 2015. Ils avaient pris 97% en 2011,  cédé 12% en 2012 avant de repartir à la hausse en 2013 et 2014. Pour le papier en rame, la hausse des importations a été de 71% en 2011 et le trend haussier s'est poursuivi en 2012 et 2013. Au premier semestre 2015, les importations de papier en rame ont pris 31%. Cet accroissement massif des importations a impacté la branche de production nationale. Med Paper a connu une dégradation importante de ses indicateurs: chute de la production ainsi que des ventes en volume et en valeur. L'entreprise a également perdu des parts de marché, les taux d'utilisation des capacités de production ont baissé tout autant que l'emploi et des pertes financières ont été enregistrées.
    Les résultats de  l'enquête de sauvegarde ont relevé que les importations ont absorbé une part importante du marché local au détriment de la production nationale. Ainsi, la part de marché des importations de bobine est passée de 48,95% en 2010 à 94,52% en 2014 pour se situer à 97,62% au premier semestre 2015. De même, la part de marché des importations de rame s'est établie à 99% au premier semestre 2015 alors qu'elle était à 97,18% en 2014 et 64,83% en 2010. «Une telle situation met pratiquement l’industrie nationale en voie de disparition et, par voie de conséquence, les importations principalement celles européennes en situation de monopole du marché national», souligne l'enquête.

    Les surcapacités déversées au Maroc

    La baisse de la demande et de la consommation de papier notamment en Europe est à l'origine de la hausse anormale des importations de papier en bobine et en rame. Bien avant la crise économique, les régions traditionnelles de production et de consommation européennes connaissaient des difficultés structurelles. Et ce, en raison notamment du déclin de la communication sur papier face à la concurrence du support électronique. Il en résulte une croissance lente du marché, des surcapacités, une mauvaise maîtrise de l’offre et des prix face aux fluctuations erratiques des coûts, de la demande et une faible rentabilité. Du moins selon le rapport sur les résultats de l'enquête de sauvegarde qui cite une étude de Coface. La surproduction de l’industrie du papier européenne a également affecté d’autres pays qui ont pris des mesures d’ajustement. C'est le cas par exemple de la Jordanie et de la Turquie qui ont lancé des enquêtes de sauvegarde.

     

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc