×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Le prix de L’Economiste pour la recherche en économie, gestion et droit
    Régions

    A la veille de la visite royale, Fès passée au photoshop

    Par Youness SAAD ALAMI | Edition N°:4789 Le 07/06/2016 | Partager
    La ville se pare de ses plus beaux atours... à la dernière minute pour accueillir le Souverain
    Voirie, espaces verts, éclairage public, tout a été remis à neuf...
    fes_visite_royale_089.jpg

    A 24h de la visite royale, Fès totalement chamboulée. Une transformation en surface pour combler les lacunes. Bitume, peinture, palmiers et fleurs plantés à la dernière minute... Le comble, c'est que les budgets pour la voirie, l'éclairage, etc., sont alloués depuis longtemps. Pourquoi faut-il toujours tout faire à la dernière minute? (Ph. YSA)

    C’est ce mardi 7 juin que doit débuter la visite du Roi Mohammed VI à Fès, sa deuxième en moins de deux mois dans la capitale culturelle. Comme à l’accoutumée, les services de sécurité sont déployés dans les quatre coins de la ville, avons-nous pu constater. Ainsi, les équipes municipales, wilaya et Radeef sont à pied d’oeuvre depuis près d’une semaine, 24h sur 24h.Tout a été remis à neuf. La campagne de rénovation a concerné toutes les artères principales de la ville, cela va du désherbage des bas-côtés, à l’entretien des places publiques, sans oublier l’éclairage, les fontaines ou encore la réfection des routes (peinture aussi). Pour ce dernier volet, Lhoucine Abbadi, président du Conseil préfectoral de Fès, a noté que «les travaux de mise à niveau de la route nationale n°6, reliant Douyet à Bab Makina, ont atteint plus de 80% de taux de réalisation, 40% pour la rocade de la route d’Imouzzer, et 60% pour la réfection de l’avenue des FAR». Financés par la préfecture, ces trois projets nécessitent respectivement près de 200 millions de DH. Ceci étant, pour l’avenue des FAR, le bitume a été posé dimanche. Il en est de même pour les palmiers et autres plantes de saison. Celles-ci garnissent abondamment le refuge

    fes_visite_royale_1_089.jpg

    central de l’avenue Mohammed VI. A telle enseigne que l’on a même «oublié» d’installer des passages piétons. En outre, l’entreprise en charge des travaux de l’avenue des FAR n’a pas évacué les gravats et débris, préférant plutôt les cacher derrière les nouveaux murs de clôture des terrains vagues et villas abandonnées. Ce qui a provoqué l’ire des riverains.  
    Durant son séjour à Fès, le Roi devrait inaugurer, mercredi 8 juin, les 26 monuments historiques (MH) dont les travaux avaient été lancés en mars 2013 et qui ont nécessité près de 300 millions de DH. Ce projet vise la «restauration de sites à haute charge historique, architecturale et patrimoniale» tout en les intégrant «dans l’environnement humain dans lequel ils se développent». A cet effet, l’accès de la place R’cif a été entièrement retapé. Les plafonds du pont «Lakhrachfiyyine» ont été posés

    fes_visite_royale_2_089.jpg

    Grâce aux fonds alloués à la réhabilitation du tissu ancien de la médina, le Souverain a permis une refondation de la cité idrisside. Il devrait inaugurer les monuments historiques ce mercredi 8 juin. En attendant, l’accès de la place R’cif reçoit un coup de peinture  (Ph. YSA)

    pendant la nuit. Ils sont faits de bois sculpté, appelé «Maymoni». Les 26 sites historiques ont été passés au crible, en avril dernier, par une commission du protocole royal. Cette inspection intervenait à la fin des travaux de restauration des monuments de la médina. Fondations, peinture, zellige et boiserie… tout a été ausculté de près. Signalons que  c’est grâce au Souverain que le projet de la réhabilitation des monuments de la médina avait connu une nouvelle impulsion depuis novembre 2014. Tout a commencé le 5 novembre 2014 quand le Roi constate, à Borj Sidi Bounafae, que le programme de réhabilitation des MH de Fès, bénéficiant d’un budget global de 285 millions de DH, avance à pas de tortue. 19 mois après son lancement, le taux de réalisation ne dépasse pas les 10%. La raison? «Ce programme, supposé être appuyé par plusieurs départements ministériels (Intérieur, Finances, Affaires islamiques, Habitat,  Artisanat et Culture), souffrait de carences multiples, dont principalement le manque de moyens financiers». Après le passage du Souverain, des instructions fermes ont été données aux ministres pour mobiliser les fonds nécessaires. En plus, il n’est plus question d’achever ce programme en mars 2017 comme le prévoyait l’engagement initial. Le Roi a fixé un délai d’une année (novembre 2015) pour livrer tous les

    fes_visite_royale_3_089.jpg

    L’entreprise en charge des travaux d’aménagement de l’avenue des FAR n’a pas évacué les gravats, préférant les «camoufler» derrière les murs de clôture des villas abandonnées et terrains vagues (Ph. YSA)

    monuments restaurés à l’identique, et avec l’intégration, pour certains (médersas) de quelques commodités (réfectoires, cuisines, bibliothèques…). Aujourd’hui, les travaux de restauration des MH sont finalisés.
    Lors de sa visite, le Roi devrait s’enquérir du projet de la restauration des maisons menaçant ruine. Projet qui est supervisé par l’Agence régionale de développement et de réhabilitation de la médina (ex-Ader). Le Souverain devrait, d’après nos sources, visiter la bibliothèque de la Quaraouiyine et présider un congrès des religieux africains. Il pourrait également inaugurer un projet de santé au CHU, outre le nouveau terminal de l’aéroport Fès-Saïss, dont les travaux ont nécessité 480 millions de DH. A noter que ces projets ont été, encore une fois, tous «inspectés» mercredi et jeudi par une commission du ministère de l’Intérieur et du protocole royal, en présence de Noureddine Benbrahim, wali attaché à l’administration centrale (Intérieur). En tout cas, les habitants de la ville espèrent un séjour très prolongé du Roi, afin que Fès puisse reprendre son souffle et palper la mobilisation.
    De notre correspondant,
    Youness SAAD ALAMI

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc