×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Le prix de L’Economiste pour la recherche en économie, gestion et droit
    Entreprises

    Tourisme: Les maisons d’hôtes créent leur fédération

    Par Badra BERRISSOULE | Edition N°:4789 Le 07/06/2016 | Partager
    Lutte contre l’informel, de nouvelles grilles de classement, promotion
    Les chantiers prioritaires de la nouvelle instance
    maison_dhotes_federation_089.jpg

    Christian Lebour, qui officie désormais à la tête de la Fédération nationale des riads et maisons d’hôtes souhaite rassembler et unir les maisons d’hôtes de l’ensemble du Royaume pour parler d’une même voix. Ci-dessus, le conseil d’administration de la nouvelle fédération. Au milieu en chemise bleu ciel Christian Lebour (Ph. FNRMH)

    Les associations des riads créent leur Fédération nationale des riads et maisons d’hôtes (FNRMH). Présidée par Christian Lebour, qui officie à la tête de l’association de Marrakech, la nouvelle fédération devra poursuivre le travail mené par les Associations régionales. Elle aura ainsi pour mission de représenter leurs intérêts auprès des autorités et de toutes les instances du tourisme et devra également assurer la promotion de ce type d’hébergement. La nouvelle fédération qui compte pas moins de 2.500 maisons d’hôtes, riads ou kasbahs veut, à travers ce regroupement, faire entendre sa voix. Particulièrement en ce qui concerne la lutte contre les établissements non officiels «qui n’ont cessé de se développer au point de mettre en péril désormais l’existence même des maisons d’hôtes classées». Pour les propriétaires des riads et leurs associations, malgré une première avancée entre le ministère du Tourisme et Booking.com qui rendrait obligatoire le classement pour être présent sur son portail de réservation, le ministère ne semble pas donner la pleine mesure nécessaire à la lutte contre l’informel. «Son manque d’engagement dans ce combat laisse la fédération et l’ensemble de ses membres très perplexes quant à la réelle volonté du gouvernement de mener efficacement la lutte contre l’informel». Les grilles de classement sont aussi parmi les priorités. Les Associations régionales avaient en effet soumis au ministère du Tourisme des propositions de classement adaptées à la spécificité des maisons d’hôtes, restées sans retour, précise-t-on. La FNRMH y suggère que le nouveau classement ne soit pas caractérisé par des étoiles pour éviter toute confusion avec le classement hôtelier mais par des lanternes ou des babouches qui donneraient immédiatement l’idée d’un hébergement particulier au Maroc. Enfin, la FNRMH s’engage à mener des actions contre le phénomène d’ubérisation des activités touristiques dont AirBnb est la tête de pont dans le monde entier et en particulier au Maroc. Devenues très à la mode à partir des années 1997, les maisons d’hôtes ont créé un nouveau mode d’hébergement à Marrakech d’abord, un positionnement sur certains marchés émetteurs, mais elles ont aussi permis de mettre en valeur l’architecture et l’art de vivre marocain. Le phénomène s’est ensuite déployé à Fès avec des riads rénovés à coup de millions de dirhams, suivi par Essaouira et Rabat. La réhabilitation de nombreux riads dans les médinas de ces villes ont permis à ces mêmes médinas de retrouver leurs lettres de noblesse. Mais, malgré leur participation à la refonte d’un patrimoine qui était en dégradation, les riads ont été accompagnés d’une image d’illégalité. Dès les années 2001, les propriétaires des maisons d’hôtes créent leur association tentant de faire basculer l’informel vers le formel. On estime aujourd’hui à 1.123 maisons d’hôtes à Marrakech représentant 7.350 chambres. Soit 26% de la capacité d’hébergement de la première ville touristique. La ville de Fès compte à elle seule plus de 500 maisons d’hôtes.

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc