×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Analyse

Tourisme/Méditerranée: Tanger résiliente

Par Ali ABJIOU | Edition N°:4785 Le 01/06/2016 | Partager
Pas de chute, mais une «stagnation», selon le président du CRT
Objectif: faire de la ville une destination touristique urbaine
Les professionnels doivent changer leurs habitudes
mustapha_boucetta_085.jpg

Pour Mustapha Boucetta, président du CRT de Tanger-Tétouan-Al Hoceima, la destination Nord s’en sort mieux que ses concurrentes du sud de la Méditerranée (Ph. Adam)

Pour Mustapha Boucetta, président du Conseil régional du tourisme de Tanger-Tétouan-Al Hoceima, la chute des nuitées à Tanger n’est que relative et montrerait la résilience de la ville comparée à d’autres destinations du sud de la Méditerranée, plus gravement touchées par la crise.

- L’Economiste: Tanger est une ville dont le nom est synonyme de tourisme, mais où le secteur tarde à décoller, quel est l’ingrédient manquant pour assurer ce décollage?
- Mustapha Boucetta:
Tanger est une cité en pleine mutation. Depuis le lancement par SM le Roi de la mise à niveau de cette ville historique, le secteur du tourisme profite déjà des nouvelles réalisations. Ce qui manquait à Tanger c’est d'en faire une destination touristique urbaine, qui offre au visiteur tout le confort, au sens large, d'un séjour dans une ville historique. «Tanger-Métropole» est la réponse et le secteur du tourisme devrait sûrement reprendre sa place à Tanger. La ville manquait aussi de promotion. Actuellement, nous disposons de l'appui de l'ONMT, de la Région et de la commune urbaine de Tanger et nous espérons avoir plus d'appui de la part d'autres organismes.
 
- Après quelques années de résilience du secteur, les arrivées touristiques ont commencé à chuter, quelle est la raison?
- Tanger comme les destinations du sud de la Méditerranée, mais à un niveau moins critique, traverse un moment difficile. Il n'y a pas de «chute» à proprement parler, mais une stagnation des chiffres de nuitées et une très faible augmentation des chiffres d’arrivées. Nous constatons tout de même une reprise en ce début 2016. Une autre explication à ce recul, le manque d'agressivité commerciale. Nos professionnels doivent changer leurs habitudes et aller chercher le client avec de nouveaux produits. Notre ville est de mieux en mieux dotée en lieux touristiques et l'infrastructure ne cesse de s’améliorer.

- La Région dispose aussi d’un arrière-pays riche et varié, l’offre et les produits actuels permettent-ils de bien exploiter cet atout?
- La Région dispose de beaucoup de produits: balnéaire, montagnes, rural, d’autre villes et villages authentiques et historiques. Il y a une volonté des élus et des autorités de faire du tourisme un secteur important et en profiter pour l'amélioration des conditions de vie des habitants et surtout pour la création d'emplois. Tous les atouts ne sont pas encore exploités. Certaines villes comme Chefchaouen ou Assilah se sont développées dans de bonnes conditions. Ouazzane connaît un développement du tourisme rural intéressant et l'intérêt pour les produits du terroir est un atout supplémentaire. Ce qui est aussi positif et encourageant, c'est l’implication de beaucoup de jeunes promoteurs de la région dans la création d'unités touristiques dans le domaine du durable.

- La Région de Tanger s’est trop centrée sur le tourisme espagnol qui a montré ses limites. Quelles sont les alternatives?
- L'Espagne sera toujours notre principal réservoir de touristes espagnols et aussi d'autres nationalités qui profitent de leur séjour à la Costa del Sol pour visiter Tanger ou le Maroc en général. Notre souci est de promouvoir le tourisme terrestre familial au départ de l'Espagne et d'encourager et d'accompagner les compagnies maritimes opérant sur le détroit pour le développement de leur pôle tourisme.

- Le CRT a vu ses attributions élargies à Al Hoceima. Comment évaluer cette destination et que faire pour la développer?
- La ville d'Al Hoceima dispose d'une capacité hôtelière intéressante, mais qui reste surtout balnéaire. L'arrière-pays permet de développer une offre de tourisme nature et de randonnée. Beaucoup de travail est à faire, surtout en ce qui concerne le tourisme balnéaire et durable. Il ne faut pas oublier les efforts déployés pour la création d'un des plus beaux parc nationaux du Royaume. Son utilisation dans le développement du tourisme est importante mais nécessite une vision écologique, pour sauvegarder la faune et la flore uniques. Le CRT exploitera les études déjà réalisées pour lancer des produits spécifiques à cette ville, qui sera reliée directement à Tanger par voie aérienne, soit un plus dans notre offre de produits.

- Et le tourisme national dans la Région, qu’en est-il?
- Nous avons la chance de recevoir autant de nationaux que de touristes internationaux. Le produit de Tanger-Tétouan-Al Hoceima correspond à la demande de nos concitoyens et aussi desétrangers résidents dans notre pays. Ce tourisme n’est pas impacté par la conjoncture internationale. Les différents programmes d’améliorations des infrastructures de la wilaya encouragent les résidents à visiter le nord du Royaume. Entre visite des villes, balnéaire, arrière-pays et shopping, nous avons beaucoup à offrir au tourisme national.
Propos recueillis par Ali ABJIOU

 

Retrouvez dans la même rubrique

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc