×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Régions

    Settat: Un plan de développement à 2,8 milliards de DH

    Par Jamal Eddine HERRADI | Edition N°:4779 Le 24/05/2016 | Partager
    Voiries, boulevards, éclairage public, espaces verts...
    Un plan de déplacements urbains en cours d'étude
    Un nouveau délégataire pour les transports en commun bientôt connu
    settat_plan_devloppement_079.jpg

    Est-il concevable de nos jours de voir circuler encore en plein centre-ville toutes ces charrettes, véritables dangers ambulants pour la circulation et pour les piétons (Ph. JEH)

    Du pain sur la planche? Lakhtib Lahbil, nouveau gouverneur de la province de Settat, en aura certainement. Il a d’ailleurs pu se rendre compte en personne de l’ampleur du travail qui l’attend.
    Dans le nouveau contexte régional, le territoire du Grand Settat est appelé à renforcer ses potentialités, dépasser ses handicaps et, surtout, coordonner entre les choix et projets engagés et les éventuelles options à mettre en place. Pour ce faire, il est nécessaire de répondre aux problématiques et diverses contraintes identifiées dans ce territoire.
    En effet, le fait de bénéficier d’une vaste assise agricole constitue un vecteur porteur d’un développement économique et social réel, durable et intégré. Toutefois, un ensemble de handicaps et de dysfonctionnements entravent la mise en valeur de cet atout majeur. A commencer par le mitage de l’espace rural de cette zone, engendré par l’absence d’une planification homogène et porteuse d’une vision à moyen et long terme claire et harmonieuse. En outre, la spéculation foncière portant sur le territoire rural, avoisinant les aires ouvertes à l’urbanisation, a encouragé la prolifération de l’habitat anarchique et insalubre sous forme de bidonvilles, elle-même favorisée par la nature juridique du foncier (réquisition, terrain Habous...). Aussi, doter cette zone en services, en équipements de base et en infrastructures et systèmes de transport adéquats est devenu une nécessité impérieuse. Nécessité qui doit être mise en œuvre dans le cadre d’une approche participative impliquant tout autant le conseil municipal, les autorités, les conseils régional et provincial.
    Intervenant dernièrement devant les élus communaux, Lakhtib Lahbil a dévoilé l’ambitieux plan devant assurer le développement urbain de la ville de Settat. Un plan qui devra s’achever en 2019 et auquel ont été alloués quelque 2,8 milliards de DH. Il intéressera particulièrement l’aménagement et la mise à niveau des voiries, boulevards et rues de la ville. Pas moins de 245 millions de DH seront consacrés à cette opération tant attendue par les habitants. La création et l’aménagement d’espaces publics sont également au programme et coûteront 66 millions de DH. Le renforcement de l’éclairage public reviendra, pour sa part, à 56 millions de DH. Sans oublier les espaces verts et jardins publics auxquels ont été réservés près de 131 millions de DH.
    Le gouverneur a également indiqué qu’une étude est en cours pour l’élaboration d’un plan de déplacements urbains (PDU) devant mettre en place une vision moderne pour gérer, notamment, les transports publics dans la ville. D’autant plus que le conseil communal devrait incessamment procéder à l’ouverture des plis pour l’attribution de la gestion des transports en commun à un nouveau délégataire. La société qui assure ce service actuellement n’a pas été en mesure de respecter les clauses du cahier des charges, notamment la mise en circulation de nouveaux véhicules pour renforcer sa flotte. Mais il faut avant tout définir une véritable politique publique pour une offre en transport répondant aux besoins en déplacement des populations et mettant un terme à l’anarchie qui règne dans ce secteur.
    Côté assainissement solide, le gouverneur a rappelé le récent contrat de 7 ans établi avec la société Ozone pour la gestion de ce secteur. Pour l’instant, cette société semble répondre aux attentes de la population: passages fréquents et réguliers des bennes à ordures, entretien de la propreté des boulevards et rues de la ville… Cependant, Lahbil a appelé à une vigilance continue quant au suivi et au respect par le délégataire des clauses du contrat et du cahier des charges en tenant compte de l’extension de l’urbanisation de la ville.
    Le gouverneur, dont l’une des premières actions, dès sa prise de fonction, a été de mettre fin au phénomène des marchands ambulants, a appelé le conseil municipal à lutter également contre l’occupation du domaine public et à une gestion rationnelle des parkings. Une véritable mafia constituée de personnes qui s’imposent du jour au lendemain «gardiens de voitures» sévit à tous les coins de rue au vu et au su des autorités, sans être inquitée pour autant.
    Abordant les recettes communales, Lakhtib Lahbil a directement mis le doigt sur la plaie: pas moins de 68 millions de DH sont encore en attente de recouvrement. Il a appelé dans ce sens à identifier les causes et raisons qui sont derrière cet état de fait, à établir un plan d’urgence pour recouvrer ces créances encore en souffrance et dont la ville a plus que besoin et à élargir l’assiette fiscale.

    Trois conventions

    Trois conventions seront mises en place et sont à même d’assurer un saut qualitatif à la ville de Settat. Le gouverneur a annoncé qu’il y veille personnellement. La première concerne le développement urbain de la ville, la deuxième d’un montant de 140 millions de DH est destinée au renforcement de certains projets sociaux et d’infrastructures prévus dans la province alors que la troisième intéresse particulièrement les axes routiers.

    De notre correspondant,
    Jamal Eddine HERRADI

     

    Retrouvez dans la même rubrique

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc