×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Analyse

Smart City Expo
Le concept casablancais inspiré d’un benchmark international

Par Aziza EL AFFAS | Edition N°:4775 Le 18/05/2016 | Partager
awatif_hayar_075.jpg

«Les réalités et difficultés de Casablanca pourraient représenter d’intéressantes opportunités d’innovation et de développement économique», souligne Awatif Hayar, chercheuse universitaire
(Ph. Khalifa)

Initiatrice du concept «Social Frugal Smart City», Awatif Hayar, chercheuse universitaire, est également fortement impliquée dans l’organisation de la 1re édition du Smart City Expo. Elle est aussi responsable du Centre de recherche GreenTIC, relevant de l’Université Hassan II et vice-présidente du Cluster Smart City e-Madina.

- L’Economiste: Quelle est l’originalité du concept de «Social Frugal Smart City», primé par IEEE Smart City Initiative?
- Awatif Hayar:
J’ai proposé ce concept suite à une étude de benchmarking des expériences internationales, prenant en considération les forces de Casablanca. Le concept est aussi basé sur ma connaissance de l’intérieur des réalités et difficultés de la ville de Casablanca qui pourraient d’ailleurs représenter d’intéressantes opportunités d’innovation et de développement économique. J’ai également tenu compte du fort taux de pénétration du smartphone au Maroc, de l’appétence des Marocains pour les réseaux sociaux et enfin de l’existence de plusieurs initiatives de numérisation (plan Maroc Numéric 2013, e-gov...). Ces initiatives pourraient être mutualisées à moindre coût pour en faire une plateforme d’information qui facilite la circulation des données et les analyse pour optimiser les ressources de la ville et répondre aux besoins et préoccupations des Casablancais.

- Pour l’heure, il y a surtout des initiatives isolées (Sita, Lydec …). Comment connecter les parties prenantes de la ville et transformer ces données en valeur ajoutée?
- C’est justement pour fédérer les ressources que nous avons proposé et contribué à la création d’un Cluster Smart City Casablanca afin de rassembler tous les acteurs (secteur public, privé, universitaires, société civile…). L’objectif aussi est de capitaliser sur les initiatives existantes pour définir ensemble une vision globale et une feuille de route adaptée à Casablanca.
Le développement et l’implémentation de cette vision doit se faire sous la tutelle et en concertation avec les autorités de la ville afin de respecter et intégrer les choix et aspirations des Casablancais et proposer un modèle qui répond d’abord à leurs besoins et facilite leur quotidien.

- Encore faut-il obtenir l’adhésion des Casablancais?
- En effet, on ne peut parler de Casablanca sans parler de ses habitants qui cultivent une relation d’affection particulière avec leur ville et qui pourraient, encore une fois à travers des programmes de sensibilisation adaptés via les smartphones et réseaux sociaux, devenir une force de proposition et de contribution au développement de leur ville selon une approche participative de CrowdSourcing. La micro-finance et CrowdFunding pourraient s’intégrer dans une approche 4P (Public Private People Partnership) pour financer des petits projets pilotes. Ces derniers, développés dans une vision Smart City globale favorisant les activités génératrices de revenus dans les métiers verts, pourraient s’interconnecter et se compléter petit à petit pour créer de gros projets d’envergure.

Propos recueillis par
Aziza EL AFFAS

 

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc