×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Analyse

Smart City Expo
Living lab, e-douar… les initiatives «intelligentes»

Par Aziza EL AFFAS | Edition N°:4775 Le 18/05/2016 | Partager
Des briques pour construire la ville intelligente
Des idées originales développées dans le cadre du think tank de Casablanca
Le modèle primé et accompagné par le réseau américain IEEE
casa_smart_city_075.jpg

Une Smart City intègre l’ensemble des informations fonctionnelles ou plans de la ville pour avoir une image de la situation réelle et pouvoir faciliter la prise de décision. Ces données constitueront un riche réservoir d’informations sur le territoire: espaces verts, administrations publiques, établissements d’enseignement, structures de santé, complexes socio-culturels, complexes sportifs, ZI… (Source: Accenture)

Une idée née dans les laboratoires de recherche trouve aujourd’hui des applications sur le terrain. Le concept de «Social frugal Smart City» a été en effet développé GreenTIC, un centre R&D relevant de l’Université Hassan II de Casablanca. Révélé au grand public, dans le cadre de l’un des 8 groupes du think tank (Casablanca ville d’avant-garde), instaurés par le wali du Grand Casablanca début 2014, le projet en a séduit plus d’un. Le think tank a ainsi proposé une série de solutions et concepts pour ville intelligente visant à construire, avec les habitants et pour les habitants,  le Casablanca Smart City du futur tout en préservant sa touche avant-gardiste et en la dotant d’une nouvelle dimension de ville sociale et verte
Deux ans plus tard, ce concept est primé et sélectionné par l’IEEE, une organisation scientifique américaine, pour faire partie de l’initiative «IEEE Smart Cities». Ce réseau qui compte 25 villes (dont Guadalajara, Trento, Wuxi...) contribuera au processus d’instauration du concept «Social Frugal Smart City» à Casablanca.
«En nous inspirant des retours d’expériences des villes intelligentes, nous proposons de limiter les risques d’investissement en adoptant une approche bottom-up basée sur l’utilisation des infrastructures existantes comme les smartphones et autres terminaux mobiles pour développer des applications, services et sites pilotes», explique Awatif Hayar, chercheuse universitaire dans les IT, qui chapeaute ce projet innovant. Elle est également responsable du centre de recherche GreenTIC, relevant de l’Université Hassan II de Casablanca, et vice-présidente du Cluster Smart City e-Madina.
Plusieurs idées sont aujourd’hui traduites en projets concrets. Parmi lesquels le concept de village intelligent (ou e-douar), le musée virtuel, la transformation du complexe Al Amal en Living lab …  

■ L’e-douar pour lutter contre l’exode rural
Au-delà de la notion d’un village intelligent isolé, l’e-douar, dont le site pilote est situé à Beni Yakhlef, dans la province de Mohammedia (cf. édition du 25 août 2015), est considéré comme une zone de transition. Il s’agit d’une «continuité douce» entre la la ville et son environnement rural. Le concept e-douar, lancé officiellement en janvier dernier, est censé lutter contre l’exode rural en ancrant les jeunes dans leur village d’origine. Et ce, à travers des actions visant à maintenir la qualité de vie et à renforcer l’attractivité des territoires concernés. Il s’agit, entre autres, d’impliquer les jeunes et les femmes dans le développement, via la valorisation des produits du terroir, l’artisanat et la promotion des spécificités locales (cuisine, traditions ancestrales…). Le projet prévoit la construction de 2 maisons intelligentes.
La 1re, baptisée «Darna pour le développement durable du territoire», est située à proximité de la vallée de oued N’fifikhe dans la commune de Beni Yakhlef. Elle aura pour mission de promouvoir le tourisme local et les randonnées, mais aussi la sensibilisation des populations sur l’écologie et les problèmes environnementaux et la création d’activités génératrices d’emplois et de revenus. Elle assurera aussi l’accompagnement des agriculteurs dans leurs projets inscrits dans le cadre du développement durable et de l’efficacité énergétique. Quant à la seconde maison, «Darna pour le développement humain», située non loin de la première, elle sera construite au cœur du douar. Cette maison prendra en charge notamment la promotion de l’alphabétisation par le biais de l’e-learning, la préservation du patrimoine local matériel et immatériel, le désenclavement numérique de la population…
Le projet e-douar, initié par GreenTIC, est réalisé en partenariat avec l’Université Hassan II, la GIZ, la Fondation Henrich Boll, l’INDH  ainsi que d’autres partenaires nationaux et internationaux.

■ Musée virtuel pour promouvoir le patrimoine
Ce projet vise à développer une plateforme open source basée sur l’approche Crowdsourcing mobiquitaire frugale et facile d’accès et d’utilisation pour les Casablancais et les visiteurs. Le musée virtuel vise à promouvoir le patrimoine culturel de la ville et contribuer à démocratiser l’accès à la culture. Il vise aussi la mise en place des outils technologiques facilitant l’inclusion numérique et la contribution des citoyens et professionnels à produire du contenu culturel. Le musée donnera la possibilité aux visiteurs d’échanger et de partager leurs avis sur les œuvres exposées, mais aussi de créer leurs propres galeries. Le grand public est ainsi invité à enrichir ce musée interactif en déposant  des documents, des photos dont le contenu sera validé par un comité d’experts.
Ce concept pourrait être élargi pour y inclure des tableaux virtuels représentant des expériences personnelles en relation avec les monuments et offre touristique de la ville. Ce projet a fait l’objet d’un partenariat entre e-Madina, l’Apebi, l’Université Hassan II et Casa Patrimoine.

■ Un Living lab au complexe Al Amal!
Le projet Casablanca Living lab Al Amal (Casablanca, laboratoire vivant de l’espoir) sera le premier de la sorte à l’échelle régionale. Faisant partie intégrante du programme de transformation de la ville en Smart City, ce concept privilégie deux thématiques principales: le sport et l’écologie. Au programme: la réhabilitation du complexe Al Amal et sa transformation en complexe multisports.
Par la transformation du site, l’objectif sera tout d’abord de convertir le complexe Al Amal en un site multisports proposant une infrastructure aux normes permettant d’accueillir des tournois internationaux, tout en offrant aux Casablancais l’opportunité d’y accéder pour  pratiquer diverses disciplines sportives. L’optimisation des réseaux d’accès à Internet permettra, quant à elle, le développement social par le désenclavement et la connectivité inter-sites pour des conférences ou cours sportifs partagés avec les jeunes formateurs de proximité depuis les centres socio-sportifs et culturels des différents quartiers de la ville. Il sera aussi question d’impliquer les écoles dans la sensibilisation à l’écologie et à la préservation de l’environnement par la création d’un parcours éducatif centré autour de la pépinière du complexe.
Ce dernier intégrera les énergies renouvelables et l’optimisation des ressources aquatiques dans sa réhabilitation et sa construction. Le site sera aussi transformé en un laboratoire vivant (Living lab) au service de la recherche scientifique et la formation professionnelle sur les métiers des énergies renouvelables, de l’efficacité énergétique et des services environnementaux.

«Social Frugal Smart City»

Qu’est-ce que la «Social Frugal Smart City» au juste? Selon ses concepteurs, il s’agit d’un modèle basé sur les services et réseaux mobiles ou mobiquitaires (qui permettent à un usager en situation de mobilité de se connecter à un réseau sans contrainte de temps, de localisation ou de terminal). L’objectif est de pouvoir poser les briques d’une Smart City qui seront renforcés par d’autres réalisations, avec comme but ultime la création d’un environnement Smart City interconnecté.

                                                               

Les principes de base

Le principe de la «Social Frugal Smart City» repose sur plusieurs caractéristiques parmi lesquelles:
L’e-gouvernance participative et équitable évaluée en continu selon des indicateurs de performance définis par une stratégie et vision globale d’une ville intelligente
L’innovation sociale pour mieux répondre aux besoins des citoyens
L’incitation des acteurs de la société (citoyens, chercheurs, PME, TPE, Start-up…) à développer des services et expériences pilotes pour les Smart Cities
L’amélioration du bien-être des citoyens et leur implication dans le développement de leur ville
La minimisation des coûts de déploiement et de maintenance en adoptant des mécanismes et modèles économiques innovants pour sa durabilité
Le développement d’approches durables pour l’exploitation des ressources naturelles
L’encouragement de l’innovation par le modèle «données ouvertes pour un développement économique» (open-data driven economy growth)
La transformation de la ville en laboratoire (Living lab) permettant de former des compétences locales et d’enrichir la R&D et l’innovation avec des données et expériences de terrain
L’adoption d’une transformation numérique évolutive de la société et de l’économie.

 

 

 

 

 

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc