×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Régions

    Agriculture/Irrigation localisée: La leçon du Japon à Doukkala-Abda

    Par Nabil TAOUFIK | Edition N°:4772 Le 13/05/2016 | Partager
    Après 160 ha pilotes, 620 nouveaux seront reconvertis
    2 bassins de stockage d’eau, 2 stations de pompage, 12 stations de tête avec abris... les gains
    La Jica, agence japonaise de coopération, acteur majeur du projet
    irrigation_japon_doukkala_072.jpg

    Lorsque la pression est inférieure aux normes de l’irrigation goutte à goutte, on fait appel à la station de pompage pour déverser l’eau d’irrigation stockéA sur les champs avec une pression appropriée (Ph. Ormvad-Jica)

    Deux évènements majeurs coïncidaient avec cette cérémonie de clôture du projet nippo-marocain d’amélioration du système d’irrigation dans la zone des Doukkala-Abda, tenue à El Jadida le 11 mai. Dans le désordre: le premier est l’annonce d’une récolte céréalière en baisse de 70% par rapport à l’année précédente, soit une très mauvaise nouvelle. Le deuxième, la bonne nouvelle, est la signature d’un accord de partenariat stratégique entre le Maroc et la Chine. Mixés, les trois évènements renseignent sur deux principales réalités contemporaines: la première est que le monde change y compris les saisons. La deuxième est qu’en changeant, il se tourne davantage vers l’Asie. Le salut viendra donc d’un rapprochement plus étroit des génies d'Extrême-Orient. C’est le cas toutefois de l’agriculture. Jugeons-en d’après les faits. Le projet dont la cérémonie du 11 mai faisait en quelque sorte le bilan portait sur la reconversion en terres irriguées de 180 hectares comme site pilote dans la commune rurale de Lahgagcha. Assorti d’un budget de 50 millions de DH, don du gouvernement japonais, il a comme objectif «la mise en place d’un modèle économique d’irrigation dans lequel l’économie de l’eau et sa valorisation seront réalisées simultanément à travers la bonne maîtrise du nouveau système d’irrigation, la pratique des cultures à forte valeur ajoutée et la gestion autonome de la distribution de l’eau entre agriculteurs», explique Wakabayashi Motoham, numéro un de la Jica (agence de coopération japonaise) au Maroc. Au bout de 5 ans de mise en œuvre, la zone pilote a vu sa reconversion réussie. Ainsi, côté équipements, le projet a permis l’installation de deux bassins de stockage d’eau, deux stations de pompage, douze stations de tête avec abris individuels comportant les équipements de fertilisation, de filtration et de matériel annexe. A travers cette infrastructure moderne, il a été permis d’introduire des cultures à haute valeur ajoutée (maraîchage et arboriculture) conformément aux grandes lignes du plan Maroc Vert duquel se revendique le projet nippo-marocain. Côté économie et valorisation de l’eau, les responsables de la Jica brandissent fièrement un taux de 70% d’eau économisée grâce au goutte-à-goutte. Autres réalisations, «l’augmentation de la superficie irriguée de plus de 40% et l’amélioration du revenu agricole et par conséquent, du niveau de vie des agriculteurs», assure Motoham. La réussite de cette première expérience en a appelé d’autres. Ainsi, 620 ha dans la commune de Khmis Metouh sont en train d’être aménagés pour être convertis au système d’irrigation localisée. Une reconversion qui sera effectuée avec l’encadrement et l’accompagnement conjoints des cadres de la Jica et ceux de l’Ormvad (Office de mise en valeur agricole des Doukkala) et l’appui financier du fonds de développement agricole.

                                                    

    Ensa promeut le Smart Grid

    Consommer moins d’énergie, c’est l’objectif du Smart Grid. Un concept qui sera au cœur de la 4e  journée scientifique de l’Ensa El Jadida en partenariat avec la FST Mohammedia et l’Ecole supérieure des mines de Rabat. Tenu le 18 mai, l’évènement devra voir la participation de Nabil Benabdallah, ministre de l’Habitat et de la Politique de la ville, selon un communiqué de l’Ensa. Il connaîtra également l’intervention de représentants du Groupe OCP, de l’Insa de Lyon, et de la société Influthem-Lyon. Efficacité énergétique dans le bâtiment & Smart Grid, Smart Grid dans l’industrie, Stockage d’énergie intelligent et mobilité, les véhicules électriques… ce sont là quelques exposés programmés. Les étudiants ne seront pas en reste et seront appelés à présenter leurs projets innovants durant la compétition d’innovation qui sera organisée par le Club Applications in Sciences sous le thème: le Management des systèmes intelligents pour l’énergie.

    De notre correspondant, Nabil TAOUFIK

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc