×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Economie

    Comment sécuriser le climat et l’alimentation

    Par Abdelaziz GHOUIBI | Edition N°:4761 Le 28/04/2016 | Partager
    climat_alimentation_061.jpg

    L’initiative 4 pour 1000, lancée par la France, consiste à fédérer tous les acteurs  publics et privés (Etats, collectivités, entreprises, organisations professionnelles, ONG, établissements de la recherche…). L'initiative vise à montrer que l’agriculture, et en particulier les sols agricoles, peuvent jouer un rôle crucial pour la sécurité alimentaire et le changement climatique.
    En s’appuyant sur des données scientifiques, l’initiative invite donc tous les partenaires à faire connaître ou mettre en place les actions concrètes sur le stockage du carbone dans les sols et le type de pratiques pour y parvenir (agro-écologie, agroforesterie, agriculture de conservation, de gestion des paysages…).
    L’ambition du projet est d’inciter les acteurs à s’engager dans une transition vers une agriculture productive, hautement résiliente, fondée sur une gestion adaptée des terres, créatrice d’emplois et de revenus et ainsi porteuse de développement durable. Les adhérents à l’initiative s’engagent à ce qu'un maximum de sols agricoles bénéficient de pratiques permettant de maintenir ou d’améliorer leur teneur en carbone.
    Chaque acteur qui prend des engagements en signant la déclaration commune devra préciser quel objectif il se fixe, quel type d’actions il met en œuvre selon quel calendrier et avec quelles ressources.
    4‰ est le taux de croissance annuel du stock de carbone dans les sols qui permettrait de stopper la hausse actuelle du CO2 dans l’atmosphère. Ce taux de croissance n’est pas une cible normative pour chaque pays, mais vise à illustrer qu’une augmentation, même infime, du stock de carbone est un levier majeur pour participer au respect de l’objectif de long terme de limiter la hausse des températures à +2°C.

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc