×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Evénement

    Maroc-pays du Golfe: Un sommet stratégique

    Par Mohamed CHAOUI | Edition N°:4755 Le 20/04/2016 | Partager
    Soutien inconditionnel au plan d’autonomie du Sahara
    Annonce de la reconduite de la coopération
    La rencontre sera suivie par un sommet pays du Golfe-USA
    maroc_pays_di_glof_055.jpg

    Le Souverain se rend à Riyad, en Arabie Saoudite, pour participer au sommet Maroc-pays du Golfe (ici en compagnie du roi Salmane). La dimension politique de cette visite sera la confirmation du soutien indélébile au plan d’autonomie du Sahara marocain (Ph. AFP)

    Le Conseil des ministres, prévu lundi, reporté à mardi, a été finalement différé à une date ultérieure. Et pour cause, l’agenda royal très chargé. En effet, à l’heure où nous mettions sous presse, le Souverain s’apprêtait à s’envoler pour Riyad en Arabie Saoudite. Objectif : participer à un sommet Maroc-pays du Golfe aujourd’hui. Cette rencontre, la première du genre, réunira SM le Roi avec les chefs d’Etat des pays du Conseil de la coopération du Golfe (CCG). Ce rendez-vous décisif donnera un nouveau coup d’accélérateur à la dynamique du partenariat stratégique entre Rabat et les pays du Golfe.
    Ce déplacement royal peut être perçu selon la dimension politique. L’appui mutuel et multidimensionnel sera amplement renforcé. Le Maroc va s’engager davantage dans une région marquée par des tensions régionales. Il a été d’un soutien sans faille à l’Arabie Saoudite dans sa guerre contre les houtis du Yémen et la stabilité de la monarchie du  Bahreïn. Dans son combat contre Daesh et les chiites, Rabat a mis ses forces logistiques et militaires, à la disposition du commandement émirati. A cette occasion, cet engagement sera réitéré de la manière la plus forte.
    De leur côté, les pays du Golfe ont exprimé leur engagement ferme sur le Sahara lors du dernier sommet de leurs ministres des Affaires étrangères, avec l’américain John Kerry, tenu à Manama, au Bahreïn le 8 avril dernier. A l’issue de cette rencontre, le communiqué commun ne laissait aucun doute sur le soutien au plan d’autonomie dans les provinces du Sud. Ils ont même averti le secrétaire d’Etat américain de «ne prendre aucune disposition qui peut aller en contradiction avec la proposition marocaine». Cela a été également exprimé lors de la conférence de presse commune entre le ministre saoudien des Affaires étrangères et son homologue américain. Cette prise
    de position est importante, particulièrement quand on connaît le poids des
    pays du Golfe dans les décisions américaines.
    La dimension politique de cette visite sera également mise en relief par un autre évènement qui se tient le lendemain de ce sommet. En effet, les dirigeants des pays du Golfe et des Etats-Unis se sont donné rendez-vous le 21 avril pour un autre sommet toujours en Arabie Saoudite. C’est du pain béni pour le Maroc. Et il n’est pas exclu que le président Barack Obama fasse le déplacement à Riyad, souligne un diplomate.
    Tout cela a été calé à l’avance. Le conseiller du Souverain Fouad Ali Al Himma, accompagné de Nasser Bourita, ministre délégué des Affaires étrangères et de la coopération, avait, il y a quelques semaines, effectué une grande tournée dans la région. Il avait, à cette occasion remis des messages écrits de SM le Roi aux dirigeants de ces pays.
    En tout cas, cette initiative royale est fortement suivie et applaudie. Car, si le Souverain a accepté de participer à cette réunion de haut niveau, il a par contre annulé le sommet arabe qui devait se tenir à Marrakech. Et pour cause, les conditions de réussite n’étaient pas réunies. Les troubles en Syrie, en Irak, en Libye, au Yémen, avec des tensions Maroc-Algérie,… autant d’éléments qui militaient pour l’annulation d’un sommet qui n’a, pendant longtemps, servi qu’à constater l’immobilisme de l’unité arabe.

    Annonces économiques

    L’autre dimension de la visite royale est éminemment économique. Ce sommet est une occasion en or pour promouvoir la coopération entre le Maroc et les pays du Golfe. Cela se fera à travers des investissements directs. Une source proche du dossier s’attend à l’annonce de la continuité de la politique des dons. Le précédent accord  prendra fin au cours de cette année. Et l’essentiel des 5 milliards de dollars annoncés ont été budgétisés. Il reste une partie au niveau des décaissements, souligne un responsable du ministère des Finances. En outre, les échanges entre les deux parties se portent bien. En effet, entre 2010 et 2014, les IDE en provenance des pays du Golfe ont été quasiment multipliés par 3 fois. Les statistiques de 2015 ne sont pas encore disponibles. Mais, en 2014, ces fonds ont représenté plus du quart des flux drainés par le pays, soit plus de 14,6 milliards de DH, selon les chiffres de l’Office des changes.

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc