×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Société

    Marathon des sables
    Encore un trio de tête marocain!

    Par Aïda BOUAZZA | Edition N°:4754 Le 19/04/2016 | Partager
    Rachid El Morabity remporte à nouveau la course pour la 3e fois consécutive
    Une 31e édition intense placée sous le signe de la solidarité et du partage
    marthon_sables054.jpg

    Sacré challenge, la course était également parsemée de tronçons rocailleux à escalader (Ph. MDS)

    Et de 4 pour notre champion national Rachid El Morabity, qui remporte à nouveau le Marathon des sables (MDS), et pour la 3e fois consécutive! L’enfant de Zagora a encore su tenir tête aux obstacles du désert. «Aujourd’hui, je savoure une nouvelle victoire, qui, je l’avoue, n’a pas été du tout facile compte tenu de la grande qualité des autres concurrents», déclare Rachid El Morabity. Egalement sur le podium, Abdelkader El Mouaziz et Aziz El Akad arrivés respectivement 2e et 3e. Les trois athlètes, qui font également partie de la team TGCC, ont remporté la première place du classement par équipe. Côté femmes, c’est la Russe Natalia Sedykh qui s’est imposée suivie de la Française Nathalie Mauclair  et de l’Espagnole Fernanda Maciel.

    marathon_sables_2_054.jpg

    Les marathoniens ont dû courir sous un soleil de plomb en autosuffisance alimentaire, soit avec un sac à dos contenant la nourriture de la semaine (Ph. Ian Corless)

    Plus de 1.100 coureurs venus de près de 50 pays se sont attaqués à la course mythique qui s’est tenue du 8 au 18 avril au cœur du désert marocain. Lors de cette 31e édition, le ton était donné dès la première étape avec, sur une manche de 34 km, 14 km de dunes. «Cette édition est la plus longue avec 257 km. On a attaqué d’emblée avec 34 km, ce qui est loin d’être une étape d’acclimatation, dans les plus hautes dunes de Merzouga avec un vent de face. Nous attaquons la 40e édition avec un bon cru 2016», précise Patrick Bauer, fondateur du Marathon des sables.
    Une étape pénible qui a mis à mal les plus endurcis, car, en plus des difficultés que présentait le parcours, une tempête de sable s’est invitée lors de la course pour encore plus corser l’aventure. Au total, ce sont 22 abandons qui ont été enregistrés à l’issue de la première étape. Pour les coureurs toujours en lice, la deuxième manche de ce marathon de l’extrême longue de 41,3 km était relativement plus abordable. Comme illustration remarquée de la fraternité qui a prévalu lors de cette édition, l’Espagnol Jose Martinez dit «Chema» classé 3e et Aziz El Akad en 4e sont arrivés main dans la main. 64 abandons pour des raisons médicales ou hors course ont suivi cette étape. La 3e manche a été marquée par un top 5 composé de 4 Marocains et de Chema. Les marathoniens ont ensuite embrayé sur le parcours le plus long avec 84,3 km à traverser avant d’entamer la dernière étape de 42,2 km.

    marthon_sables_3_054.jpg

    Rachid El Morabity franchissant la ligne d’arrivée. S’il remporte le 32e Marathon des sables prévu en avril 2017, il atteindra 5 victoires rattrapant Mohamed Ahansal
    (Ph. MDS)

    Bien plus qu’une compétition sportive, le Marathon des sables est une aventure humaine placée cette année sous le signe de la solidarité et du partage. De nombreux participants ont levé des fonds pour des associations. Les recordmans étant à nouveau les Anglais avec plusieurs millions de pounds récoltés. Idriss Bensmail (banquier) et Hassan Joundy (DG d’un établissement hôtelier) sont aussi de ceux qui courent pour la bonne cause. En effet, le duo a réalisé une belle collecte de 650.000 DH auprès de particuliers et de partenaires corporate. Des dons qui seront reversés à l’hôpital Ibn Rochd afin de lutter contre la mortalité natale. Sans oublier l’étape «Charity Unicef»,  de 17,7 km courus en dernier sous le signe du changement climatique. En effet, 500 millions d’enfants dans le monde sont exposés à des inondations tandis que 160 autres millions sont confrontés aux graves conséquences de la sécheresse.
    Au final, au Marathon des sables, il y a autant de profils et de motivations que de coureurs. Quand, à seulement  17 ans, le benjamin de cette édition, Othmane Harakat, a choisi de prendre part à cette aventure pour repousser ses limites et un couple de Japonais pour y passer sa lune de miel.

    De notre envoyée spéciale à Errachidia, Aïda BOUAZZA

     

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc