×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Courrier des Lecteurs

    Des mesures pour atténuer les effets des changements climatiques

    Par L'Economiste | Edition N°:4746 Le 07/04/2016 | Partager
    cari_cl_046.jpg

    ■ Un programme anti-catastrophes
    Un programme de gestion des risques visant à se prémunir contre les catastrophes causées par les changements climatiques ? En voilà une bonne idée! Il faut préciser que les manifestations dues aux changements climatiques se multiplient au sein du Royaume ces dernières années, prenant notamment la forme de tremblements de terre, de glissements de terrain ou encore d’inondations récurrentes. Il était temps de prévoir ce type de catastrophe et d’atténuer leurs effets autant que possible ! La santé économique du pays en dépend!
    A.Q.

    ■ Forum à Fès: Une manifestation à généraliser
    Atténuer les retombées des changements climatiques en termes de ressources en eau. C’est l’objectif du cinquième colloque international organisé par le réseau «Eau et climat au Maghreb» qui se tiendra les 12 et 13 octobre prochain à Fès, d’après l’article sur le sujet datant du 30 mars dernier. Une manifestation qui permettra de dresser un état des lieux des mesures à adopter pour réduire les effets des changements climatiques sur les réserves en eau du Royaume tels que les sécheresses ou encore les inondations. Je pense que l’enjeu est de taille et qu’il faut multiplier ce genre de projets dans d’autres villes du pays. Se préoccuper des conséquences des changements du climat représente en effet un symbole de développement social et économique pour le Maroc. C’est donc tout à son honneur de prévoir ce genre de stratégies. Bravo!
    D.O.

                                                                              

    ■ Cour des comptes: Deux ans de retard!
    Quel est l’intérêt d’un exercice d’évaluation de l’action publique avec des chiffres en retard de deux ans? Je découvre et je lis bien comme vous «rapport de la cour des comptes 2014» alors que nous sommes en avril 2016. Oui, la juridiction n’est interpellée qu’à hauteur du contrôle a posteriori. C’est dans son cahier de charges. Seulement, le manque de fraîcheur des situations sabote la portée des ambitions. En deux ans, les situations peuvent avoir radicalement changé, les équipes aux commandes, parties ou redéployées. Il se peut même que les dysfonctionnements aient été corrigés entre temps alors même que les structures épinglées par la cour engagent un capital image après la diffusion des rapports. Driss Jettou a apporté une nouvelle approche en matière de réédition des comptes avec l’effet chasse aux sorcières en moins. Ce qui n’a pas changé en revanche, c’est l’absence d’une méthodologie nouvelle.
    J.B.

    ■ Stop au massacre des chiens!

    Suite à l’extermination récente des chiens errants de la ville de Ksar El Kebir, toutes les associations de protection animale se sont mobilisées afin de dénoncer ce massacre. L’Association de sauvegarde et de protection des animaux et de l’environnement Atlas ainsi que l’Association comme chiens et chats et l’Association Le Cœur sur la patte ont décidé de porter le sujet devant la justice car des explications doivent être données aux citoyens! Comment peut-on accepter qu’une ville se transforme en champs de tirs? Qui autorise les tirs à balles réelles en milieu urbain? D’ou viennent les budgets pour organiser de telles campagnes de meurtres? Plusieurs études et expériences prouvent que la seule solution pour protéger l’animal n’est autre que la vaccination et la stérilisation. Ainsi, des campagnes de grande envergure doivent être mises en place dans toutes les villes du  royaume. Associations et autorités doivent travailler  ensemble afin de réduire les cas de rage.
    Nadia Daoudi, présidente de l’Association de sauvegarde et de protection des animaux et de l’environnement Atlas

    ■ Ban Ki-moon: Un rôle incompréhensible
    Je voudrais transmettre à monsieur Dilami mes félicitations suite à l’un de ses éditoriaux paru récemment. De tous les commentaires lus et écoutés à ce jour de Ban Ki-moon, celui-ci est le plus fort et le meilleur à mes yeux. En effet, il a soulevé le manque de volonté de ce haut responsable des Nations unies à traiter les problèmes les plus graves et les plus urgents de plusieurs pays, s’agissant de la vie de centaines de milliers d’êtres humains. Puis il a parlé du rôle incompréhensible et volontaire joué par Ki-moon lors de son séjour en Algérie, rôle non destiné à apaiser les esprits et rapprocher les parties. Au contraire, il s’est félicité de rallumer le feu en prenant la défense des adversaires de notre pays. Le Maroc ne doit pas tomber dans le piège a-t-il dit. Nous n’avons pas de problème avec les Nations unies, mais avec Ban Ki-moon dont les initiatives n’engagent que lui et lui seul. La conclusion à tirer de ce conflit, c’est que les Marocains ont montré qu’ils sont tous unis autour de leur Roi et c’est le moment ou jamais de mettre sur orbite l’autonomie.
    A. Senhaji

                                                                              

    ■ Festival de l’enfant: Une bonne initiative!
    Votre article sur la seconde édition du festival de l’enfant d’El Jadida, paru le 24 mars dernier, a particulièrement retenu mon attention. L’on apprend que cet évènement sera entièrement dédié aux enfants de la région et qu’il comportera des spectacles de marionnettes, des spectacles de théâtre, des concerts de musique, des jeux ainsi que divers ateliers! Mais pas seulement. L’enfant ne sera pas uniquement spectateur, mais également acteur puisque bon nombre de jeunes se produiront sur scène! Je pense qu’il s’agit d’une bonne initiative qui permettra de promouvoir la culture destinée aux plus petits et à communiquer sur l’importance de cette dernière. Cette manifestation permettra d’éduquer les enfants et de les sensibiliser au civisme et à la citoyenneté. Il faut dire que les activités culturelles et les programmes pour enfants sont rares au Maroc et que c’est tout bonnement une erreur de les négliger ! En fait, c’est en ayant une enfance épanouie que l’on devient par la suite un membre actif de la société! Une approche que le Royaume se doit d’intégrer au plus vite, d’autant plus que l’on entend de toutes parts que seule l’éducation pourra faire évoluer le pays tous domaines confondus!
    F.A.
    ■ Dessalinisation: Une démarche à essayer!
    La dessalinisation de l’eau de mer représente un thème stratégique et particulièrement important à mes yeux. Ma réflexion à ce sujet s’inspire directement du process de la pluie, utilisé partiellement dans les salines. L’eau de mer arrive dans un bassin et s’évapore naturellement. Le sel est ensuite tout simplement récupéré. Pouvons-nous accélérer l’évaporation et reproduire ce mécanisme à l’échelle d’un pays avec pour objectif de récupérer de l’eau potable ? Pourquoi pas! Le soleil peut en effet être capté par des paraboles munies de miroirs solaires. Ces paraboles dirigeront alors les rayons solaires en direction d’un bassin de faible profondeur, alimenté régulièrement par une canalisation en pente provenant de la mer. L’eau, qui s’évapore à raison de 4 litres jour par mètre carré, s’évaporera alors plus rapidement. La vapeur, captée par une parabole, restituera de l’eau. Cette dernière sera utilisée pour l’hygiène, pour l’agriculture… Par ailleurs, une fois analysée et complétée éventuellement de minéraux, elle pourrait devenir buvable pour l’homme ou encore pour le bétail ! Ce type d’installation, si elle est réalisée à chaque kilomètre de côte, pourrait contribuer au développement du pays.
    D.A.
    ■ Recasement des marchands ambulants à Oujda: Un grand bravo!
    Je tiens à féliciter l’initiative de recasement des marchands ambulants d’Oujda qui est menée actuellement dans le cadre d’une vision globale visant à organiser le secteur informel, lequel a des retombées négatives sur la qualité de vie des citoyens de la région. Une démarche qui a permis de solutionner des cas sociaux renvoyant à des milliers de familles. Au niveau d’Oujda, la Division d’action sociale (DAS) a commencé avant tout par le recensement des marchands ambulants et la spécification des points de vente qui serviront d’espace pour les regrouper.  Parallèlement à ces actions, le Conseil de l’ordre des médecins de la ville a aussi organisé, en collaboration avec la wilaya de l’Oriental, une caravane médicale au profit des marchands en question et de leurs familles. Je pense qu’il était grand temps d’intégrer ces «marchands illégaux» à l’économie marocaine. Ceux-ci sont également particulièrement nombreux et représentent de nombreux foyers du Royaume. Ces vendeurs gênaient le «business» des boutiques déclarées et les empêchaient d’exercer leur activité en toute sérénité. Des concurrents illégaux devenus légaux et déclarés pour une commercialisation plus saine et bénéfique!
    H.P.

    La série «Panama Papers»

    L’opération des «Panama Papers» mérite d’être filmée comme «Le Cinquième Pouvoir», le film sur Wikileaks. Je salue le très beau travail journalistique. La justice doit maintenant faire son travail. Les pays ont bien fait aussi d’ouvrir des enquêtes pour blanchiment dans la foulée de ces révélations. L’opération lève le voile sur un vaste système d’évasion fiscale impliquant hauts responsables politiques, sportifs ou milliardaires.
    Z. K. 

                                                                              

    rue_chevalier_bayard_046.jpg

    Qui aurait deviné que Chevalier Bayard  est synonyme de Mohamed Mahroud ? Les erreurs de jalonnage  et les fautes dans les appellations de rues et boulevards sont monnaie courante à Casablanca. Photos prises entre Bd Youssef Ben Tachfine et Bd Oujda, commune des Roches Noires  (Ph.Khalifa)

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc