×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Tribune

    Le made in Africa passe par le made in Morocco

    Par Zakaria FAHIM | Edition N°:4745 Le 06/04/2016 | Partager

    Zakaria Fahim est président du Hub Africa, la plateforme des investisseurs et des entrepreneurs en Afrique. Il est également Managing Partner BDO (Ph. ZF)

    Saviez-vous que le premier investisseur étranger toutes catégories en 2015 en Côte d’Ivoire, et pour la première fois dans l’histoire de l’Afrique francophone, est le Maroc? En effet, la France a été supplantée dans son dernier carré hors métropole. Yes we did it. Et nous l’avons prouvé. Nous pouvons être des bourdons et nous appliquer cette assertion: «Il a été établi que le bourdon ne peut pas voler, sa tête est trop grosse et ses ailes sont trop petites pour soutenir son corps mais personne ne l’a dit au bourdon, et il vole!»
    Nous avons démontré à la face du monde que le Maroc peut être sur la première marche du podium, là où personne ne l’attendait.
    Nous l’avons fait. A nous de maintenir le cap et de récidiver ailleurs, pour transformer un coup d’essai en coup de maître.
    Ce trophée, c’est le résultat d’un investissement en amont qui confirme que le travail et le sérieux dans la durée paient. Nos entreprises, et notre diplomatie portée par Sa Majesté, ont créé un cadre favorable et ouvert des opportunités d’investissements aux groupes marocains. Ces derniers ont compris l’enjeu et le message du Souverain pour être aux avant-postes le plus en amont pour intégrer le marché subsaharien comme un  prolongement naturel de nos marchés internes.
    En effet, l’Afrique connaît depuis une quinzaine d’années une embellie sans précédent qui se caractérise par des taux de croissance économique inégalés dans d’autres parties du monde (près de 5%), l’émergence d’une classe moyenne avide de consommation et des flux d’investissements étrangers intéressés pour beaucoup par les ressources naturelles et aussi par l’éclosion de PME et ETI (Entreprises de taille intermédiaire) à fort potentiel. Nos grands groupes, pionniers dans l’ouverture des marchés subsahariens, ont inscrit leur avenir  dans le sous-continent.

    Emergence de champions marocains

    En 2040, la classe moyenne sera portée à 243 millions sur une population de 1,2 milliard d’habitants, représentant un marché de 1.750 milliards de dollars, pour un PIB de 2.600 milliards de dollars. Toutes les autres régions du monde, Asie et Etats-Unis exceptés, connaissent une croissance économique atone qui font du continent africain le gisement et la locomotive de la croissance économique mondiale. Dans cette perspective, nos champions ont investi les secteurs porteurs pour le continent. Il est certain que le Maroc est sur la bonne voie pour réussir sa transformation et légitimer ainsi  sa vocation de Hub Africa, coorganisé avec Maroc Export, en consolidant avec succès les défis suivants:
    - infrastructures : deuxième réseau ferroviaire et aérien d’Afrique;
    - financiers : deuxième centre financier, avec l’entrée dans la cour des grands de Casablanca Finance City;
    - énergétiques: première centrale solaire au monde, réalisée à Ouarzazate;
    - agricoles: développement des produits de terroir;
    - sécuritaires.  

    made_in_morocco_045.jpg

    Depuis une quinzaine d’années, l’Afrique connaît  une embellie sans précédent qui se caractérise par des taux de croissance économique inégalés dans d’autres parties du monde (près de 5%). Les grands groupes marocains, pionniers dans l’ouverture des marchés subsahariens, ont inscrit leur avenir  dans le sous-continent (Ph. AFP)

    Tout cela passe par l’implication de nos entrepreneurs, les bâtisseurs du made in Morocco.
    Dans cette dynamique, nos entreprises depuis plusieurs décennies,  opérant entre autres dans la finance, le transport aérien, le secteur pharmaceutique, l’immobilier, l’assurance, les télécoms, sont maintenant solidement installées dans les pays de la sous-région sahélo-sahélienne, comme la Côte d’Ivoire, le Mali, le Sénégal, mais aussi au Cameroun et au Gabon, voire en Afrique australe et de l’Est, en Angola et au Burundi. Par ailleurs, la position géo-stratégique de notre pays, entre l’Europe, les Amériques, et le reste du continent, baigné par deux océans, la Méditerranée et l’Atlantique, notre identité plurielle africaine, arabo-musulmane, juive et berbère, font de nous un carrefour naturel qui nous prédestine à être un véritable hub du continent.
    L’Institut prospective et sécurité en Europe (IPSE, Paris) vient souligner cette position en décrivant le Maroc comme «un véritable hub eurafricain» devenu le premier investisseur africain dans les zones de la Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale (CEMAC) et de l’Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA), dont les volumes d’échanges commerciaux ont doublé en quatre ans. Ce n’est donc pas par hasard si le Maroc est actuellement dans les radars d’investisseurs étrangers désireux de prendre position sur le continent à partir du Royaume. Ils ont tous compris que l’Afrique se conjugue au pluriel et que la réussite passe par des prises de position fortes au Maroc.
    Notre stabilité, notre vision d’une religion ouverte sur le monde et respectueuse des autres, ainsi que les accords de libre-échange font du Maroc «The place to be», où se déploie la fameuse parabole de l’arbre marocain, trait d’union entre le meilleur de deux mondes, avec «ses racines en Afrique et ses branches qui respirent en Europe».

    Triangulation Europe-Maghreb-Afrique

    A partir de Casablanca, l’on peut atteindre les principales capitales d’Afrique et aussi faire le lien avec l’Europe. Le Maroc creuse les sillons de la triangulaire Europe-Maghreb-Afrique; Nord Sud-Sud et aussi Sud Sud-Sud.
    Notre ambition d’être un acteur responsable du changement dans notre continent nous oblige à assoir le Maroc comme le «hub des bâtisseurs» que sont les entrepreneurs. Tout naturellement, Casablanca, hub aérien et financier, se doit d’assumer le titre de capitale de l’entrepreneuriat africain avec une grand-messe permanente et une fois par an offrir le cadre pour un rassemblement physique dans un même lieu (voir encadré).

    Une plateforme à géométrie variable

    HUB Africa, porté par un partenariat public-privé et dont la IVe édition se tient les 7 et 8 avril 2016 à Casablanca, est une plateforme à géométrie variable reconstituant tout l’écosystème des entreprises pour rencontrer leurs homologues continentaux et ceux de la rive nord, et construire ensemble des partenariats capables d’intégrer la culture et les particularités africaines, clés de la réussite dans une Afrique plurielle. Plus précisément, Hub Africa réunit les acteurs économiques continentaux, chefs d’entreprises, entrepreneurs porteurs de projets, fournisseurs et acheteurs, fonds d’investissements, business angels, banquiers, experts et consultants... qui échangeront autour de projets et de partenariats présents et à venir. Hub Africa se positionne comme son nom l’indique comme l’événement incontournable des entrepreneurs et des entreprises marocaines et africaines qui veulent développer leurs activités sur le continent en s’appuyant sur la tête de pont Maroc. Hub Africa «Houb» (l’amour) de l’Afrique est une modeste contribution pour donner du contenu et de la vie au made in Morocco, un levier nécessaire à construire ensemble pour créer le made in Africa qui nous tient tous à cœur pour une Afrique qui gagne par et pour les Africains.

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc