×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Entreprises

    Timar: La restructuration plombe les résultats

    Par Ayoub IBNOULFASSIH | Edition N°:4745 Le 06/04/2016 | Partager
    Le désengagement de la filiale MTS pèse lourdement sur le résultat net
    Le chiffre d’affaires se maintient grâce à l’activité Route
    timar_benifice_045.jpg

    A fin 2015, le chiffre d’affaires du groupe se maintient à 236 millions de DH. Le résultat net s’affiche, pour sa part, en retrait à -14,4 millions de DH, impacté par le désengagement de la filiale MTS

    L’année 2015 a été fastidieuse pour Timar. Les résultats annuels du transporteur et prestataire logistique s’affichent en baisse sous l’effet de la cure d’austérité engagée par le groupe, depuis plusieurs mois. Car, hormis le retrait de 27,8% enregistré en 2015 par la composante «Overseas», l’activité demeure plutôt stable. Le chiffre d’affaires du groupe s’est maintenu à 236 millions de DH, soutenu par la bonne tenue des activités de traction et affrètement, logistique, transit et activité routière à destination de l’Afrique. Timar dont la composante Route représente à elle seule près de 57% du business ne semble pas avoir profité pleinement de la baisse du prix du baril. Mais, ce qui a surtout plombé les résultats de Timar reste son désengagement de sa filiale MTS. En effet, les pertes subies depuis des années par sa filiale MTS continuent de peser lourdement sur les bénéfices de la maison mère. MTS a vu ses activités de commissionnaire de transport et transporteur opérer un passage progressif vers Timar International, suite à laquelle la filiale a conservé ses activités logistique à l’international. Le désengagement de MTS, qui couvre le nord de la France, s’est par conséquent soldé par une provision sur les titres de participation de 7,2 millions de DH. S’y ajoute une charge exceptionnelle de près de 9 millions de DH relative au redressement fiscal pour les exercices 2011-2014. Ce qui engendre par conséquent la dépréciation du résultat net qui ressort négatif de 14,04 millions de DH. Pour sa part, le résultat d’exploitation s’annonce également en baisse de 29%. «Cette baisse s’explique par le net retrait de l’excédent brut d’exploitation de 38%, auquel s’ajoute l’augmentation de la masse salariale pour soutenir les  activités Logistique, Développement Afrique et supports ventes», explique Olivier Puech, administrateur-directeur général de Timar. Du coup, la valeur ajoutée se retrouve en contraction du fait de l’appréciation des charges liées au financement du parc, notamment, à travers l’acquisition du parc Roulant Tracteurs, Camions et remorques au niveau local en Afrique pour 11,3 millions de DH et un parc levage chariot élévateurs et grue pour un montant de 6,4 millions de DH.
    En bourse, suite à la publication des résultats financiers du groupe, le titre s’est négocié suivant des volumes relativement faibles. Celui-ci a dévissé de 5,85% à 354 DH à l’issue de la séance du vendredi 1er avril .  Juste avant la publication des résultats, le cours avait pris une sévère correction de 6%. Mais, il faut dire que le marché avait déjà anticipé l’annonce des résultats. Le profit warning lancé en janvier dernier avait donné un avant-goût sur les réalisations financières du groupe en 2015.

     

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc