×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Régions

    Agadir/Tourisme
    Temps durs pour la destination

    Par L'Economiste | Edition N°:4672 Le 21/12/2015 | Partager
    La France, la Pologne, la Suède en recul
    Le marché national tente de rattraper les écarts
    L’espoir de mise avec les fêtes de fin d’année

    La destination balnéaire Agadir n’arrive toujours pas à retrouver ses parts sur les marchés traditionnels. La crise économique doublée de la crise sécuritaire en sont les raisons principales

    Pas de surprise. L’activité touristique à Agadir peine toujours à redémarrer, la morosité bien installée depuis des mois. Les dernières statistiques du Centre régional de tourisme (CRT) d’Agadir concernant le mois de novembre 2015 se veulent plutôt optimistes avec l’annonce d’une hausse de +3,41% pour les arrivées. Mais les nuitées ne suivent pas puisqu’elles sont en diminution de 1,95% dans les établissements classés d’Agadir par rapport à la même période en 2014, toujours selon les chiffres avancés par le CRT. A noter que cette timide augmentation en arrivées s’explique par les hausses enregistrées au niveau des principaux marchés émetteurs, à savoir le Maroc, l’Angleterre et l’Arabie Saoudite. En effet, la destination balnéaire a enregistré respectivement pour ces trois marchés, 5307, 916 et 965 arrivées de plus. Quant aux nuitées, l’écart est de 4450, 5932 et 3988 de plus par rapport à la même période en 2014. Le marché allemand a, quant à lui, connu une baisse au niveau des arrivées malgré une hausse de 5,02% en termes de nuitées. Ce sont donc quelque 412 Allemands reçus de moins.
    Par ailleurs, certains marchés ont enregistré des baisses nettes. C’est le cas en l’occurrence, du marché français qui régresse de moins 1383 en arrivées et -6172 en nuitées; du marché polonais en recul avec respectivement -910 et -5015. Et du marché suédois avec respectivement un écart de -586 et -3709 en arrivées et en nuitées. Sur la même lancée, la durée moyenne de séjour durant le mois de novembre est en baisse aussi. Quant à lui, le taux d’occupation moyen dans les hôtels classés de la ville d’Agadir durant le mois de novembre 2015 a chuté de 42,05% en 2015 par rapport à 45,55% en 2014. «La situation est vraiment déplorable, s’il n’y a pas d’évolution, les conséquences seront vraiment désastreuses pour le secteur», déplorent les hôteliers. En effet, dans le Souss Massa, ce sont des milliers de familles qui vivent du secteur touristique, autant d’emplois qui sont menacés par la morosité ambiante.
    Pas de surprise non plus au niveau de l’analyse du cumul des arrivées et des nuitées dans les hôtels classés de la ville d’Agadir durant les onze premiers mois de l’année en cours par rapport à 2014. En effet, elle fait ressortir une baisse de 2,71% en termes d’arrivées, soit 23.079 visiteurs de moins durant cette année, par rapport à la même période en 2014. Les nuitées ont connu également une baisse de moins 9,10% soit 392.219 nuitées de perdues. Un tableau terne dans une période où normalement, les espoirs sont permis pour les fêtes de fin d’année.
    De notre correspondante,
    Fatiha Nakhli

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc