×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Régions

    Un nouveau président pour la CGEM-Centre

    Par L'Economiste | Edition N°:4672 Le 21/12/2015 | Partager
    Candidat unique, Abdelkader Benbakhaled a été élu à l’unanimité
    Faire plus d’adhésion des entreprises et promouvoir les startups

    Elu à l’unanimité président de la CGEM-Centre, Abdelkader Benbakhaled (à droite) sera secondé par Imad Barrakad patron de la SMIT en tant que vice-président (Ph. Bziouat)

    Abdelkader Benbakhaled, directeur général de Salam Gaz, est le nouveau président de la Confédération générale des entreprises du Maroc pour la région Centre (Rabat-Salé-Kénitra) jusqu’en 2018. Candidat unique, Benbakhaled a été élu jeudi 17 décembre à l’unanimité des 44 membres présents lors de l’Assemblée générale ordinaire. Il remplace Moncef Ziani, dont le mandat a pris fin. Benbakhaled sera épaulé par Imad Barrakad, patron de la Société marocaine d’ingénierie touristique (SMIT) qui devient le vice-président de l’organisation. Après avoir reconduit  Khadija Boughaba (DG Invest RH) et Ehtimad Bensalah (DG Yara Deco) aux postes de secrétaire générale et trésorière, le nouveau président doit constituer le reste de son bureau dans un délai de 15 jours.
    Ex-vice-président, Benbakhaled a présenté sa feuille de route pour la période de son mandat. Il vise  surtout l’amélioration du climat des affaires, qui reste le plus grand challenge des entreprises marocaines. L’idée est d’encourager les membres de la région à participer au plus près des commissions au niveau central afin de défendre leurs intérêts. La promotion des startups et de l’innovation seront également le cheval de bataille du nouveau bureau.
    Benbakhaled arrive dans un contexte particulier. «Non seulement le nouveau découpage régional n’obligera pas la CGEM-Centre à s’adapter, mais il réduit le nombre d’interlocuteurs au niveau de l’administration,» indique le président sortant. Du moment que Kénitra et Rabat se trouvent désormais dans la même région, le dialogue avec les autorités sera plus facile étant donné qu’elles n’ont plus qu’un unique Wali et président de région. Même schéma pour les universités de la ville avec lesquelles la CGEM a signé des conventions pour orienter la formation des ressources humaines. La fusion entre l’université Mohammed V Souissi et l’université Mohammed V Agdal a facilité le dialogue.
    L’ancien bureau a également œuvré pour que la CGEM centre ne reste pas cantonnée à Rabat. Elle s’ouvre de plus en plus sur la ville de Kénitra dont le tissu économique grandit de jour en jour. «Nous avons délocalisé un ensemble d’activités dans la ville afin d’encourager les entreprises à adhérer à notre organisation,» explique Ziani. Le défi est de pousser vers plus d’adhésion. Le nombre d’entreprises est passé de 197 en 2012 à 272 en 2015, soit une croissance de 38,07%.  . «Il faudra que nous fassions plus d’effort pour mobiliser plus d’entreprises,» insiste Moncef Ziani.
    M. L.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc