×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Entreprises

    AWB sécurise son programme de développement

    Par L'Economiste | Edition N°:4672 Le 21/12/2015 | Partager
    Les institutionnels ont souscrit en masse à l’emprunt obligataire
    Le développement à l’international au cœur de la stratégie

    L’émission obligataire initiée par Attijariwafa bank vient renforcer le plan stratégique de la banque. Elle avait prévu de débloquer près de 2,3 milliards de DH sur la période 2015-2017. Pour atteindre ses objectifs, le groupe a ciblé plusieurs points à renforcer, notamment le développement du réseau ou encore la modernisation des infrastructures informatiques

    C’est sans surprise qu’Attijariwafa bank réussit son test de confiance auprès des investisseurs institutionnels. Le groupe vient de clôturer avec succès son émission obligataire subordonnée du 10 au 14 décembre. Les institutionnels ont, en effet, répondu massivement à la sortie de la banque sur le marché de la dette privée. D’ailleurs, leur demande a largement dépassé le montant initial de la levée de fonds. L’emprunt de 1 milliard de DH a porté sur une maturité de 7 ans et est réparti en six tranches. Ce sont les 3 tranches non cotées (C, D, F) qui ont été les plus plébiscitées. Elles ont absorbé 87% des souscriptions. Le reliquat a été attribué aux tranches cotées A et E. L’appétit des investisseurs est resté intact malgré un marché peu propice à ce type d’opérations. «Avec la situation actuelle du marché, il faut dire qu’une banque comme émetteur inspire beaucoup confiance. Le scénario aurait été beaucoup plus différent si c’était une autre entreprise», estime un professionnel. Pour lui, l’autre point attrayant pour les investisseurs est le bon niveau de la prime de risque adossée à l’émission du groupe. En effet, celle-ci s’est située à un niveau au-dessous de 1 point de base.
    Cette sortie servirait, entre autres, à consolider les fonds propres de la banque afin de renforcer son ratio de solvabilité. Il s’agit également d’accompagner son plan stratégique. Celui-ci mise sur une forte expansion aux niveaux local et étranger. C’est pour financer, en effet, son expansion en Afrique subsaharienne que la banque avait lancé un ambitieux programme d’émissions obligataires depuis 2007. A fin septembre 2015, le cumul des levées de fonds a atteint 9,6 milliards de DH. La banque entend ensuite donner un autre coup d’accélérateur à son plan de développement. Sur les trois prochains exercices, Attijariwafa bank prévoit un programme d’investissement de près de 2,3 milliards de DH sur la période 2015-2017. Un programme à travers lequel la banque pourrait accélérer la fréquence d’ouverture d’agences, la mise à niveau de la sécurité ou encore la modernisation des infrastructures informatiques.
    Pour atteindre ses objectifs, la banque a ciblé plusieurs points à renforcer. Sur le marché national, la banque entend développer davantage sa politique de bancarisation, de financement des TPE/PME ainsi que les grands projets. L’ambition d’Attijariwafa bank est claire: maintenir la croissance à des niveaux élevés malgré un contexte économique fébrile et un marché bancaire de plus en plus saturé.
    Malgré cette stratégie expansionniste, certaines sociétés de Bourse maintiennent toujours leurs recommandations. Le titre est même appelé à être renforcé dans les portefeuilles.
    A. Lo
     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc