×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Entreprises

    Club Afrique
    Développement Attijari se dote d’un «mini-OPC»

    Par L'Economiste | Edition N°:4672 Le 21/12/2015 | Partager
    Mise en relation, évènements, missions et rencontres d’affaires et veille économique: les offres proposées
    Objectif: 1.000 à 1.500 adhérents pour la 1ère année, et 3.000 sur les 2 à 3 prochaines

    Promouvoir les relations entre opérateurs économiques et animer les contacts d’affaires, c’est la vocation du Club Afrique Développement (CAD), lancé jeudi 17 décembre dernier par le groupe Attijariwafa Bank. Tirée du forum éponyme organisé annuellement par le groupe Attijariwafa Bank, la structure se veut un dispositif d’accompagnement intégré dédié aux businessmen africains, clients ou non de la banque. «La plateforme sera opérationnelle dès janvier prochain», annonce Mouna Kadiri, chargée de mission auprès du président et directeur du club. L’objectif pour la 1ère année est d’atteindre 1.000 à 1.500 adhérents, avec l’ambition de passer à 3.000 sur les 2 à 3 prochaines. Le groupe bancaire a mis en place des ressources dédiées au fonctionnement de la structure. Le CAD interviendra sur cinq grands axes déclinés, sur le volet opérationnel, en quatre types de service à l’entreprise. Le package proposé rappelle celui d’un Organisme de promotion du commerce (OPC). L’offre va en effet de la mise en relation à la formation, en passant par l’organisation d’évènements au profit des membres du club et la veille informationnelle sur les marchés internationaux, en l’occurrence subsahariens. Sur ce dernier volet, concrètement, il s’agit en effet de «mettre à la disposition des adhérents des appels d’offres publics et privés, des études économiques, veilles sectorielles, ainsi qu’une base de données sur plus de 180 pays», comme l’explique Mouna Kadiri. Les adhérents pourront aussi profiter d’événements et de forums économiques. Quant au service de mise en relation proposé par le club, il se fera via le forum international Afrique Développement. Mohamed El Kettani, le PDG du groupe bancaire marocain, a par ailleurs saisi l’occasion pour annoncer le calendrier du prochain rendez-vous. «Ce sera le 25 et 26 février prochain, et la thématique centrale tournera autour de «Agriculture, Electrification: mobiliser les énergies». Le CAD proposera aussi des missions B to B «sur mesure» ainsi que des missions de découverte pays/marché. L’offre comprend aussi une market-place internationale qui donne accès à plus de 30.000 partenaires potentiels (importateurs, exportateurs, investisseurs), opérant dans 17 pays. S’y ajoute un accès à une communauté business digitale qui relie des membres de la plateforme. À ces canaux, s’ajoute le réseau des partenaires financiers internationaux avec lesquels la banque marocaine a signé des accords stratégiques (China Développement Bank, China Eximbank, Bank Of China, US Eximbank  et OPIC).

    Volet organisationnel

    Le Club Afrique Développement capitalisera sur le réseau d’implantation international  de la banque marocaine pour son fonctionnement. La structure sera composée d’une sorte de cellule de coordination pluridisciplinaire basée à Casablanca. Ce pool d’experts et de conseillers travaillera avec des relais opérationnels locaux et internationaux (Europe, Uemoa, Cemac). L’adhésion est évidemment soumise à un certain nombre de critères fixés par le règlement du CAD. La structure propose une cotisation de 900 euros/an (10.000 DH).

    Safall FALL

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc