×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    International

    Régionales françaises: 46 listes au second tour

    Par L'Economiste | Edition N°:4665 Le 10/12/2015 | Partager
    Droite et FN, deux duels particulièrement scrutés
    Mobilisation contre le discours anti-musulman

    De l’Américain Donald Trump (qui veut interdire l’entrée des musulmans aux Etats-Unis) à l’Australien Tony Abott (qui parle de supériorité de la culture occidentale), un discours anti-musulman se propage. Le Front national d’extrême droite qui vient de réaliser un score historique aux élections régionales en France n’est pas en reste.
    Mais ce discours a été condamné aussi bien par le président Barack Obama que par François Hollande. En Grande-Bretagne, une pétition sur le site du Parlement britannique appelant à empêcher l’entrée de Donald Trump au Royaume-Uni avait recueilli plus de 70.000 signatures mercredi matin.
    Avant le second tour dimanche 13 décembre des élections régionales, le président français (cité par le porte-parole du gouvernement, Stéphane Le Foll) a appelé les responsables politiques à défendre surtout les valeurs de la République. La situation est telle que partis «gauche et droite» expriment leurs divisions face à la progression de l’extrême droite. Aussi, les socialistes ont appelé à voter en faveur de l’opposition dans deux régions. Minée par des dissensions, la droite a refusé de faire de même dans les régions où elle est arrivée en 3e position. Pour le Premier ministre, Manuel Valls cité par l’AFP, «la plus grande imposture de l’extrême droite c’est, sans le dire, de préparer un grand retour en arrière».  «Ils veulent retourner avant 1905, retourner vers ces guerres de religions qui sont autant de cicatrices profondes dans l’histoire de notre Nation», a-t-il dit dans un discours à la Bibliothèque nationale de France (BnF), à l’occasion de la journée de la laïcité.
    Aux yeux du chef d’Etat français, les régions ont de grandes compétences pour préparer l’avenir. C’est aussi l’occasion de booster plusieurs secteurs comme  l’éducation, les transports, l’environnement, la formation professionnelle et l’économie. Il y va de la capacité de la France à livrer aux entreprises les investissements nécessaires pour innover et explorer. La commissaire européenne au Commerce, Cecilia Malmström, a plaidé d’ailleurs par voie de presse en faveur du traité transatlantique. Un moyen de «revitaliser» l’économie française et l’économie européenne, à l’inverse du projet du Front national qui veut «fermer les frontières».En négociation depuis deux ans, le Tafta (TTIP en anglais) prévoit la levée d’un grand nombre de barrières économiques entre les Etats-Unis et l’Europe. S’il voit le jour, il sera le plus grand accord commercial au monde, touchant un marché de 850 millions de consommateurs.
    Ce sont 44,6 millions d’électeurs qui sont appelés ce dimanche 13 décembre à élire des listes pour diriger 13 régions en métropole. Mandater une personne pour voter aux régionales de 2015, c’est possible pour les Français installés au Maroc.
    Lors du premier tour, au plan national, l’extrême droite est arrivé premier devant le parti Les Républicains et la Gauche. «Le vrai gros problème est que les successeurs, les gens du FN, ont des vues très bornées sur le monde qui les entoure…»  Lire aussi l’éditorial «Valeurs»; cf. L’Economiste du mercredi 9 décembre 2015.

    F. Z. T.  
     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc