×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Entreprises

    «100.000 licenciés en quête d'emploi depuis plus d'un an»

    Par L'Economiste | Edition N°:4665 Le 10/12/2015 | Partager
    Le DG de l'Anapec inquiet pour cette frange d'étudiants issus de l'université
    Le plan 2016-2020 compte insérer 445.000 personnes dans la vie active
    Et améliorer l’employabilité de 554.000 jeunes chercheurs d’emploi

    Pour Anass Doukkali, DG de l’Anapec, la promotion de l’emploi va se réaliser à l’avenir au niveau du territoire via des projets et programmes locaux et régionaux (Ph Archives)

    Plan 2016-2020 ambitieux pour l'Anapec, comme nous l'avions déjà annoncé dans nos colonnes. Le ministre de l’Emploi Abdeslam Seddiki, accompagné d'Anass Doukkali, DG de l’Anapec en ont développé les grands axes hier dans une conférence de presse tenue à Rabat. «Il s’agit d’une feuille de route pour notre agence pour les cinq prochaines années au service  de la stratégie nationale pour l’emploi à l’horizon 2020», indique Doukkali. Les objectifs annoncés font état de l'insertion de 445.000 personnes dans la vie active via des contrats de droit commun ou des contrats exonérés ou aidés. Au menu également l’amélioration de l’employabilité de 554.000 jeunes chercheurs d’emploi à travers les différents programmes de formation mis en œuvre directement par l’Anapec. Il s'agit également d’accompagner 20.000 porteurs de projets d’auto-emploi. La stratégie se base sur 5 axes principaux. Le premier, porte sur le développement  et professionnalisme de l’intermédiation en emploi au Maroc. Le deuxième axe vise à déployer des offres de services adaptées et de qualité au profit de toutes les catégories de chercheurs d’emploi. Au menu également la promotion des initiatives pour l’emploi et l’auto emploi. Il faut aussi développer l’ouverture de l’Anapec et la transparence du marché de l’emploi sans oublier le renforcement des capacités organisationnelles, managériales et professionnelles de l’agence. Profitant de l’occasion, le DG de l’Anapec a rappelé certaines actions et mesures qui vont contribuer à atteindre les objectifs fixés par le plan de développement. Sur ce volet, il signale que le contrat d’insertion améliorée sera mis en vigueur à partir de début 2016, cela après la promulgation des décrets d’application prévue d’ici la fin de cette année. Toujours dans le même registre, Doukkali rappelle la mise en service d’un produit récent baptisé «Tahfiz» destiné aux entreprises nouvellement créées durant la période 2015-2019. Un programme qui favorise le recrutement des jeunes diplômés ou sans diplôme par ces entreprises. Celles-ci seront, pendant une année, exonérées de l’IR avec une prise en charge totale de la couverture sociale par l’Etat jusqu’à 5 salariés à hauteur de 10.000 DH de salaire.
    L’accompagnement, en matière de formation, des métiers émergents du Maroc notamment les secteurs de l’aéronautique et l’automobile sont prioritaires. «Les entreprises éligibles bénéficient de financement de formation à l’embauche pour la première année et la formation continue pour les deux années suivantes», rappelle le DG de l’Anapec. Ce soutien s’élève à 65.000 DH par ingénieur et de 24.000 DH par technicien. Doukkali signale par ailleurs que le  nouveau plan de l’agence s’inscrit dans le chantier de la régionalisation avancée. L’avenir de la promotion de l’emploi va se réaliser au niveau du territoire via des projets et programmes locaux et régionaux. Cela va nécessiter la mobilisation par l’agence des moyens humains et  financiers en vue de renforcer le réseau de ses agences pour arriver à servir  la majorité des jeunes chercheurs d’emploi dans les différentes régions. La tâche est lourde pour la catégorie des diplômés notamment de l’université dont une grande partie a des difficultés à trouver un emploi. Sur ce volet, le DG de l’Anapec avance un indicateur révélateur. «Selon la base de données de notre agence, plus de 100.000 jeunes avec Licence cherchent du travail depuis plus d’une année», s’inquiète Doukkali.

    Contrat programme

    Où en est le contrat programme de l’Anapec avec le gouvernement pour la période 2016-2020? Sur ce point, Doukkali affiche un optimisme sur le déroulement des négociations. Pour les dernières années, le nombre de recrutement ne dépassait pas une dizaine de postes, c’est insuffisant pour réussir le plan de développement de l’Anapec. Avec le contrat programme, on vise à tripler ce nombre, indique le DG de l’Anapec. Pour ce dernier, «les engagements financiers de l’Etat dans le cadre de ce contrat programme seront corrélés par la suite aux réalisations. En plus des RH, il faut également renforcer les infrastructures d’accueil de l’Anapec. Le management de cette dernière ambitionne de développer un réseau avec 140 agences contre 74 actuellement.

    Noureddine EL AISSI

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc