×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    eleconomiste

    eleconomiste
    Competences & rh

    Le préscolaire, contre les déperditions

    Par L'Economiste | Edition N°:4663 Le 08/12/2015 | Partager
    Il réduit de moitié les décrochages et améliore la réussite d’au moins 50%
    Son impact sur la trajectoire d’études est «réel»», selon le HCP
    Les enfants non préscolarisés 3 fois plus nombreux à abandonner l’école au primaire

    Il existe près de 39.824 éducateurs du préscolaire, dont 70% de femmes. Selon un rapport du Conseil supérieur de l’éducation, 66% d’entre eux n’ont pas le baccalauréat. Dans le modèle traditionnel, cette part monte à 80%

    Longtemps relégué au second plan, éclaté entre plusieurs tutelles, sans stratégie, ni normes, ni budget, le préscolaire est pourtant crucial dans la vie scolaire des élèves. C’est durant ce cycle que les enfants démarrent leur éveil, leur sociabilisation, se familiarisent avec l’école, s’initient aux langues étrangères,… et se préparent tout simplement à intégrer le primaire. De nombreuses études ont démontré son rôle déterminant dans la réussite scolaire et dans la lutte contre le décrochage. C’est justement ce que vient de démontrer le HCP, à travers une enquête qui a touché 12.500 ménages entre octobre et novembre 2014.
    L’enquête révèle que l’accès à l’école est 1,7 fois plus grand chez les enfants préscolarisés. Ceux qui ont été scolarisés durant leur petite enfance sont également moins enclins à quitter l’école. En 2013-2014, près de 3,6% des élèves et étudiants qui n’ont pas été préscolarisés ont abandonné les études, contre seulement 1,8% parmi ceux qui l’ont été, soit deux fois plus. Au primaire, les déperditions scolaires sont 3 fois plus importantes chez les non préscolarisés.
    Par ailleurs, le nombre moyen d’années d’études des adultes de 25 ans et plus qui ont bénéficié d’une préscolarisation (hormis les années du préscolaire) est de 7,4 ans, contre 2,7 ans pour ceux qui en ont été privés.  
    Ce cycle améliore également l’espérance de vie scolaire. A l’âge de 6 ans, le nombre moyen d’années qu’un enfant qui accède au primaire peut espérer passer dans le système est de 9,7 ans chez les non préscolarisés, et de 14 ans chez les élèves qui l’ont été. «Le préscolaire réduit de moitié les déperditions à l’école et améliore la réussite scolaire d’au moins 50%», conclut le HCP. Le département d’Ahmed Lahlimi précise, néanmoins, que s’il permet d’atténuer les inégalités liées à la réussite scolaire, le préscolaire reste un élément parmi d’autres. Le milieu de résidence, le niveau d’instruction des parents, la situation matérielle, le sexe, et l’origine sociale des enfants sont également déterminants.
    Malheureusement, le préscolaire n’est pas encore généralisé. Selon l’enquête, moins de la moitié des 3-5 ans (48,7%) était préscolarisée en 2014. En revanche, pour la tranche des 6-7 ans, censé avoir achevé ce cycle, le taux de préscolarisation est de 64,8%, avec une moyenne d’âge d’accès de 3,7 ans, pour une durée moyenne de 2,3 ans.
    Le préscolaire évolue, par ailleurs, plus lentement qu’avant, en progressant de 12 points de pourcentage entre les années 80 et les années 90, et de seulement 5 points entre les années 90 et la dernière décennie.
    Les garçons (51,1%) en profitent plus que les filles (46,2%), de même que les enfants des ménages réduits. Naturellement, les enfants issus de milieux urbains, d’origine sociale moyenne à aisée ou nés de parents à niveau d’études supérieur ont plus de chances d’y accéder.
    En termes de langue d’apprentissage, plus de la moitié des établissements (52,2%) recourent à l’arabe. Le français-arabe est utilisé dans 45,5% des cas, contre seulement 1,3% pour l’anglais-français-arabe.
    Cette année, pour la première fois, le Conseil supérieur de l’éducation, de la formation et de la recherche scientifiques (CSEFRS), a suggéré la mise en place d’un préscolaire obligatoire. Il a aussi préconisé sa généralisation en l’intégrant dans le cycle primaire. Pour sa part, le ministère de l’Education nationale travaille, pour la première fois aussi, sur des normes ainsi que sur un modèle pédagogique dédié.
    Ahlam NAZIH

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc