×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Finances-Banques

Les investisseurs retrouvent le chemin de la Bourse

Par L'Economiste | Edition N°:4663 Le 08/12/2015 | Partager
Hausse de 17% des transactions sur le marché central
Le marché rompt avec quatre années de baisse
Les institutionnels marocains à l’origine du rebond

L’indice vedette de la Bourse de Casablanca devrait boucler une nouvelle année dans le rouge.

Les institutionnels locaux et les OPCVM étaient à fin septembre à l’achat sur le marché. Le bilan net des opérations de la première catégorie d’investisseurs ressort à 928 millions de DH et 206 millions de DH pour la seconde. Les autres intervenants sur le marché se sont en revanche positionnés à la vente

Il affichait une baisse annuelle de 5,64% en séance vendredi 4 décembre. Mais il y a une toute petite satisfaction. Les transactions sur le marché se redressent après quatre années consécutives de baisse. Les volumes sur le marché central se sont établis à 19 milliards de DH sur les neuf premiers mois de l’année, en augmentation de 17% sur un an.
Pour maintenir l’écart en fin d’année, il faudra que l’activité, entre octobre et décembre, soit aussi dynamique que les dernières années. Cette période est la plus prolifique - les volumes doublent par rapport aux autres trimestres - surtout le mois de décembre où les institutionnels procèdent à des opérations de revalorisation de portefeuille, le traditionnel window-dressing. Depuis 2010, en moyenne, 14 milliards de DH se sont échangés chaque année sur le marché central au quatrième trimestre.
Toutefois, même en atteignant ce niveau cette année, le volume global des échanges sur le marché central demeurera faible par rapport aux niveaux de 2006 à 2010. Les introductions en Bourse - elles sont rares aujourd’hui - et l’opération du retrait de la cote de l’ONA et de la SNI avaient stimulé les échanges. Pas moins de 69 milliards de DH en moyenne annuelle avaient transité par le marché central.

Les échanges ont augmenté de 3 milliards de DH sur les neuf premiers mois de l’année grâce essentiellement aux personnes morales marocaines et aux OPCVM. Ceci dit, les transactions sont encore très loin des niveaux de 2006 à 2010 où les introductions en Bourse et l’opération ONA-SNI avaient stimulé le marché

Pour l’heure, les institutionnels marocains sont à l’origine de la remontée des volumes en 2015. Ils ont augmenté leurs achats de 42% à 8,6 milliards de DH à fin septembre. Les OPCVM sont restés un peu plus discrets avec un volume achat en hausse de 7% à 5,5 milliards de DH. En revanche, les institutionnels étrangers et les particuliers marocains ont réduit leurs acquisitions respectivement de 11 et 6%. Les cessions sont en hausse chez les trois premières catégories d’investisseurs sur le marché, à savoir les institutionnels locaux et étrangers et les OPCVM. Les particuliers étaient moins portés sur la vente. Leurs opérations ont diminué de 23% à 1,4 milliard de DH. Peu familiarisée aux mécanismes du marché, cette catégorie d’investisseurs semble désorientée face à la baisse du marché. De nombreux épargnants préfèrent temporiser et garder les titres en portefeuille dans l’espoir d’un regain de forme des cours. Une autre option est de calquer sa stratégie sur celle des investisseurs institutionnels, notamment des assureurs, à condition d’avoir une vision de long terme, ou bien d’investir sur le marché à travers les OPCVM.
F. Fa
 

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc