×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Entreprises

Sommet sino-africain
L’Afrique veut jouer la carte de la co-localisation

Par L'Economiste | Edition N°:4656 Le 27/11/2015 | Partager
Une révolution productive qui permet d’aller vers la transformation
Et attirer des investissements créateurs d’emplois
Un nouveau paradigme se dessine à Marrakech qui accueille le 1er sommet du genre

Les coûts de production et de main-d’œuvre augmentant régulièrement, les compagnies chinoises recherchent de plus en plus à relocaliser leur production à l’étranger et particulièrement en Afrique. "Une formidable opportunité pour le continent", selon Moulay Hafid Elalamy, ministre de l’Industrie (Ph. Mokhtari)

Deux continents pour une rencontre qui se veut pragmatique. Celle du Sommet sino-african des entrepreneurs qui poursuit ses travaux à Marrakech et qui accueille le gotha du monde des affaires marocain, africain et chinois. Cet événement qui se veut une nouvelle étape dans les relations d’affaires sino-africaines est co-organisé par le ministère marocain de l’Industrie, du Commerce, de l’Investissement et de l’Economie numérique et les groupes. Le ministère de Moulay Hafid Elalamy a été avant-gardiste avec son plan d’accélération industrielle qui compte parmi ses chantiers stratégiques le raffermissement du partenariat économique Maroc-Chine, et l’attractivité des IDE chinois au Maroc. Ce plan propose également de renforcer et de décliner la vocation africaine du Maroc «avec le souci constant d’agir dans le sens d’une meilleure intégration régionale interafricaine, et de création de valeur partagée», indique Elalamy. Pour le ministre de l’Industrie, le recentrage stratégique actuel de la Chine sur sa consommation domestique, et son pendant en termes d’externalisation de millions d’emplois chinois dans le monde, constitue une formidable opportunité et doit profiter à l’Afrique et à son ambition de réaliser sa révolution industrielle. Avec des coûts de production et de main-d’œuvre augmentant régulièrement, les compagnies chinoises recherchent de plus en plus à relocaliser leur production à l’étranger et particulièrement en Afrique. On estime à près de 85 millions le nombre d’emplois que cette délocalisation peut créer et l’Afrique peut en drainer une partie, espère Elalamy. C’est donc un tout nouveau paradigme que l’on espère des relations sino-africaines, davantage tournée vers les besoins des populations locales auxquels il est très loin de l’exploitation des matières premières. Elalamy insiste sur la compensation industrielle. Dominique de Villepin, ancien Premier ministre français aussi. «Aujourd’hui, le savoir-faire chinois peut être un véritable tournant pour le développement africain». Carlos Lopes, secrétaire général de la Commission économique pour l’Afrique des Nations unies, a lui aussi insisté sur la co-localisation qui peut être bénéfique aussi bien pour la Chine que pour l’Afrique. Il cite l’exemple du secteur du textile mexicain -qui tout comme le Maroc d’ailleurs- avait perdu des milliers d’emplois à cause des délocalisations en Chine. Cependant, la montée des coûts de la main-d’œuvre et des salaires en Chine a rendu cette industrie mexicaine à nouveau compétitive. Au Maroc par exemple, l’on constate déjà des prémices de ces changements dans le secteur du textile qui reste ouvert à tous les investisseurs, rappelle Mustapha Sajid, président de l’Amith. «La Chine n’est pas un concurrent mais un partenaire», insiste-t-il. Othman Benjelloun, le PDG de BMCE Bank et BMCE Bank of Africa, suggère que les communautés financières chinoise et africaine donnent l’exemple à travers des initiatives fortes et symboliques pouvant aller jusqu’à des prises de participation capitalistiques. «Casa Finance City qui accueille des co-entreprises maroco-chinoises peut donner l’opportunité d’affiner une stratégie proprement africaine». Premier partenaire économique du continent africain, la Chine est aussi l’acteur qui progresse le plus dans le continent. Dans ce contexte où se dessinent de nouvelles géographies de croissance, de nouvelles relations commerciales et d’investissement, le temps paraît plus propice que jamais pour que le partenariat économique sino-africain puisse davantage se positionner en tant que partenariat de référence. Cette volonté existe depuis longtemps, rappelle Cheng Tao, ancien ambassadeur de Chine au Maroc et vice- président de l’institut politique étrangère de la Chine. En effet, elle a été institutionnalisée à Pékin, en octobre 2000 lors du Forume sur la coopération sino-africaine .

Volumes énormes

Les volumes commerciaux entre la Chine et l'Afrique sont passés de 10 milliards de dollars en 2000 à 220 milliards en 2014 et pourrait approcher les 300 milliards de dollars en 2015. Les IDE chinois en Afrique ont connu un taux de croissance annuel moyen de plus de 20%. A la fin de l'année 2014, ces IDE étaient de 30 milliards de dollars, soit près de 60 fois le volume des investissements en 2000 (500 millions de dollars), selon les données statistiques officielles de la Chine. Et aujourd’hui, les pays africains souhaitent davantage plus que des échanges, de la transformation.

Badra BERRISSOULE

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc