×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

    International

    Dialogue des sourds à l’ONU autour de la Syrie

    Par L'Economiste | Edition N°:4617 Le 30/09/2015 | Partager
    Contre Daech, Moscou propose une alliance similaire à celle contre Hitler
    Washington se dit ouverte à condition qu’Al Assad se retire

    Pour son premier discours depuis dix ans à la tribune de l'Assemblée générale des Nations unies, le maître du Kremlin, allié du président syrien Bachar al-Assad, a proposé une "large coalition antiterroriste" qui permettrait de terrasser les djihadistes de l'Etat islamique (EI). Il a évoqué une alliance internationale similaire à "celle contre Hitler" durant la Seconde Guerre mondiale. Le président russe Vladimir Poutine s'est imposé à l'ONU comme un acteur incontournable pour trouver une sortie de crise en Syrie. Son homologue américain Barack Obama a admis qu'il fallait dorénavant coopérer avec Moscou.
    Puis, à l'issue d'un entretien d'une heure et demie avec le président Obama au siège de l'ONU à New York, Vladimir Poutine s'est montré presque magnanime, qualifiant cette première rencontre officielle depuis plus de deux ans de "constructive et étonnamment ouverte". "Il existe une base de coopération sur nos problèmes communs", a-t-il dit devant la presse. A la tribune de l'ONU quelques heures plus tôt, Barack Obama lui avait entrouvert la porte.
    Le président américain avait reconnu que "les Etats-Unis (étaient) prêts à travailler avec tous les pays, y compris la Russie et l'Iran", alliés indéfectibles du régime de Damas, dans l'espoir de trouver une porte de sortie à la guerre qui a détruit le pays et fait plus de 240.000 morts en quatre ans et demi. Une forme d'aveu de Washington du rôle essentiel de Moscou au Moyen-Orient pour régler le casse-tête syrien.
    Un responsable de l'administration américaine a lui aussi parlé d'une rencontre "constructive" entre les deux présidents, admettant qu'il y avait des deux côtés "un désir commun de réfléchir aux moyens de pouvoir traiter ce qui se passe en Syrie".
    "Je crois que les Russes ont compris l'importance d'avoir une solution politique", a fait valoir ce responsable américain, tout en soulignant que les deux puissances étaient "en profond désaccord sur le rôle que jouera le président syrien dans le règlement de la guerre civile".
    De fait, aux yeux des Russes, Bachar al-Assad est un rempart contre les djihadistes de l'EI. Pour les Américains, il est au contraire un "tyran" qui continue de souffler sur les braises du conflit confessionnel qui a ravagé son pays. Pour Washington, le chef de l'Etat syrien devra partir dans le cadre d'une transition politique, même si le calendrier de sa sortie est négociable.

    Poutine tacle Hollande et Obama

    A l’ouverture de l’Assemblée générale de l'ONU (voir aussi L’Economiste du 29 septembre 2015), c'est le président russe qui a remporté la mise et fait avancer ses pions. Il a proposé une résolution au Conseil de sécurité pour la mise sur pied d'une coalition politique et militaire internationale "élargie", qui inclurait Damas et Téhéran, pour combattre l'EI. Une manière pour Moscou de critiquer la coalition d'une soixantaine de pays, notamment européens et arabes, pilotée par les Etats-Unis et qui a effectué des milliers de frappes en Syrie et en Irak.
    Détaillant sa propre stratégie, le chef du Kremlin n'a pas exclu la possibilité de frappes contre l'EI en Syrie, mais il a écarté l'envoi de troupes combattantes au sol. Avant de quitter l'ONU, il ne s'est pas privé d'un dernier tacle à ses homologues américain et français qui réclament le départ d'Al Assad. Ce n'est ni à Barack Obama ni à François Hollande de décider qui doit diriger la Syrie, a prévenu le président russe.

    Y. E.
     

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc