×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Le prix de L’Economiste pour la recherche en économie, gestion et droit
    Régions

    Safi mise gros sur son nouveau port

    Par L'Economiste | Edition N°:4617 Le 30/09/2015 | Partager
    La nouvelle plateforme au coût de 4 milliards de DH est viabilisée à 22%
    Réalisée en plusieurs phases, elle accueillera les trafics de l’OCP et de charbon de l’ONEE

    Safi mise gros sur son nouveau port, qui d’ailleurs portera le nom de Port de Marrakech. C’est à travers cette infrastructure en cours de construction et viabilisée à 22% pour un montant d’investissement de l’ordre de 4 milliards de DH que l’armada de développement pour Safi devra prendre forme dans un premier temps. Ce port qui s’intègre dans la stratégie nationale de création de nouvelles ouvertures maritimes devra combler les lacunes et besoins du Maroc en matière de trafic maritime, renforcer son positionnement et accompagner son développement économique à l’international. Elle va surtout permettre à la ville des potiers, Safi et toute une région Marrakech/Safi de se développer et de contribuer amplement à la création de richesse et à la valorisation de son potentiel tellement riche et varié. «L’hinterland de ce port ne s’arrête pas à Safi, explique Bouchaib Erraziki, directeur du CRI de Doukkala Abda/Safi. Il s’étend jusqu’au Haouz, Marrakech, Kelaa Sraghna, Beni Mellal, Ouarzazate et Errachidia». Toute cette zone devrait en principe bénéficier de cette plateforme. Minerais, produits agricoles, produits industriels, liquide, en dur ou en conserve, en vrac, en conteneurs, produits finis, équipements…sont autant de types de biens qui vont constituer la matrice des flux du trafic maritime de ce grand port. Ce nouveau port est destiné dans ses premières phases de développement aux grands vracs industriels destinés à la fois à l’ONEE et à l’OCP. Il sera réalisé en plusieurs phases et accueillera successivement les trafics de charbon de l’ONEE estimés entre 80.000 à 120.000 tonnes de port en lourd (TPL) et ceux de l’OCP (40.000 à 60.000 TPL). Il pourrait ainsi assurer un trafic global annuel identifié de 16,6 MT dont 3,5 MT de charbon, dès 2019 uniquement pour le compte de l’ONEE. Un quai de services et commerce est également prévu. Il servira à l’exploitation des opportunités offertes par les territoires avoisinants mais également à saisir les opportunités qui vont voir le jour dans l’hinterland proche dans la région Marrakech-Safi et dans les zones limitrophes. Le transbordement des conteneurs est aussi envisageable, si les opérateurs de commerce international à Safi, Marrakech et dans le moyen Atlas jugulent leurs efforts pour intéresser les agents maritimes et navires qui sillonnent l’atlantique. «Une grande opportunité est aujourd’hui ouverte grâce à ce nouveau port et grâce à la création de cette nouvelle région qui va certainement rapprocher les opérateurs économiques de Marrakech et de Safi», estime de son côté Youssef Mouhyi, président de la CGEM Marrakech.

    Bénéficiaires

    Le premier bénéficiaire de cette plateforme portuaire reste sa commune du lieu d’implantation «Ouled Selmane» au sud de Safi et la Région puisque les taxes collectées aux ports seront versées aux caisses des conseils régionaux. Une source qui permettra de financer les projets de développement de la Région qui compte aujourd’hui 6 provinces dont quelques-unes des plus pauvres. Safi bénéficie aujourd’hui d’un intérêt particulier de la part des instances de l’Etat pour la concrétisation d’un ensemble de projets publics qui vont chambouler le développement du territoire. Le plus grand projet structurant du Maroc, la centrale thermique de Safi qui nécessite à elle seule 24 milliards de DH. Elle sera opérationnelle à fin 2017.

    De notre correspondante,
    Badra BERRISSOULE
     
     
     

    Retrouvez dans la même rubrique

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc