×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

    International

    Shell stoppe ses explorations aux USA

    Par L'Economiste | Edition N°:4617 Le 30/09/2015 | Partager
    Résultats de forage décevants, coûts élevés… le pétrolier quitte l’Alaska
    Le groupe reste convaincu du potentiel de ce bassin de l’extrême nord-ouest des Etats-Unis

    En dépit du potentiel d’exploitation important du bassin, Shell se retire de l’Alaska. La compagnie déplore des résultats de forage décevants et des coûts élevés qui l’empêchent de continuer
     

    Shell se retire de l’Alaska. Le géant pétrolier arrête ses explorations au large de l’Etat les  jugeant décevantes. Le groupe néerlandais met ainsi un terme à des forages qui avaient provoqué la colère des écologistes. «Shell continue de reconnaître un potentiel d’exploration important dans ce bassin» pétrolifère d’une taille équivalente à la moitié de celui du Golfe du Mexique dons le sud-est des États-Unis. Royal Dutch Shell ajoute que «cette zone devrait à terme revêtir une importance stratégique pour l’Alaska et les États-Unis». La compagnie constate cependant que «le résultat de l’exploration est clairement décevant pour cette partie du bassin». D’où la cession de la nouvelle exploration au large de l’Alaska dans l’avenir immédiat. «Cette décision reflète à la fois le résultat du puits Burger J, les coûts élevés associés au projet et l’environnement de régulation difficile et imprévisible au niveau fédéral pour le large de l’Alaska», insiste le pétrolier. Il faut dire qu’il a creusé «jusqu’à une profondeur de 6.800 pieds» (environ 2.070 mètres) dans l’Arctique, où se trouve le puits Burger J à 240 km au large de Barrow en Alaska. Les opérations de forage dans cette zone  ont, pour rappel, débuté en juillet pour Shell après avoir reçu l’accord du président américain Barack Obama.
    Ce retrait va sans nul doute causer un préjudice financier pour la compagnie pétrolière. Shell a, d’ailleurs, précisé qu’elle enregistrerait des charges financières en raison de cet arrêt. Ces charges devront être détaillées lors de la présentation des résultats financiers du groupe le 29 octobre. Toutefois, la compagnie a indiqué que son activité en Alaska pesait quelque 3 milliards de dollars dans son bilan et qu’elle devrait payer environ 1,1 milliard de dollars aux sous-traitants en vertu d’engagements préalables.
    Moulay Ahmed BELGHITI

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc