×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Le prix de L’Economiste pour la recherche en économie, gestion et droit
    Entreprises

    Ikea: Les vraies-fausses raisons d’un report

    Par L'Economiste | Edition N°:4617 Le 30/09/2015 | Partager
    L’ouverture du magasin suspendue à «un certificat»
    Le timing de ce blocage n’est pas fortuit
    Cafouillage ou stratégie délibérée?

    Au lendemain de ce coup de théâtre administratif, le suspense reste entier sur la date d’ouverture du magasin pilote de l’enseigne suédoise Ikea
     

    Nouveau rebondissement chez Ikea Maroc. Après le buzz sur les prix et les catalogues de la marque, nouveau coup de théâtre cette fois-ci sur un certificat de conformité qui reporte sine die l’inauguration du magasin pilote de l’enseigne d’ameublement.  En effet, «le projet du centre commercial de Zenata ne dispose pas de certificat de conformité. Un document qui doit être délivré par la commune de Zenata», précise-t-on auprès de la wilaya de Casablanca. «L’ouverture de ce centre commercial ne peut se faire qu’après l’obtention d’un certificat de conformité», signale le ministère de l’Intérieur. Interrogée par L’Economiste sur la particularité de ce document administratif, la cellule de communication de la wilaya de Casablanca refile la patate chaude à… la commune de Zenata.
    Selon  le responsable à la wilaya, «ce dossier relève plutôt des prérogatives de la commune de Zenata. Seule cette administration locale est habilitée à se prononcer sur les détails du certificat de conformité». Mais là encore, la commune de Zenata invoque une réunion du chargé du dossier Ikea. Pour sa part, pris de court, le management d’Ikea ne sait pas à quoi s’en tenir. «Nous avons des contraintes que nous ne maîtrisons pas totalement», confie sous couvert de l’anonymat une source proche du magasin. Contacté par L’Economiste, le management promet de s’expliquer officiellement  sur la nature du document administratif en question et sur la procédure qui s’ensuit. Depuis, silence radio!
    En fait, derrière ce vice de forme procédural et bureaucratique se cache une autre raison, que les officiels n’invoquent pas directement. Celle de la prise de position de l’Etat suédois en faveur de la pseudo Rasd. Un sujet qui fait l’actualité aussi de la presse espagnole (El Pais, El Mundo…). Pour rappel, Ikea Casablanca relève de Madrid. En fait, début septembre, des députés du Parti social-démocrate suédois des travailleurs ont déposé une proposition de loi afin de reconnaître la Rasd. En décembre 2012, un texte de loi avait déjà été voté dans ce sens, mais avait été ensuite rejeté par le gouvernement suédois. «En représailles contre la position du gouvernement social-démocrate suédois de reconnaître l’entité séparatiste, il a été décidé de reconsidérer les intérêts de ce pays au Maroc», commentent les médias espagnols.

    Standards

    Là encore, il y a des amalgames. La position de l’Etat suédois n’engage en rien une enseigne privée de meubles et décoration, fut-elle d’origine suédoise. Plus encore, l’investissement de Zenata n’est en aucun cas une initiative suédoise. C’est plutôt une franchise du groupe Syh Morocco, une filiale du groupe koweitien Al Homaizi. Depuis quand on demande un certificat de conformité à un investissement qui a déjà eu toutes les autorisations requises (aménagement-développement, construction, importation...). Pour rappel, Ikea Maroc est un investissement de 450 millions de DH.
    Le magasin de Zenata a déjà créé 400 emplois directs et un millier de postes indirects, en plus du sourcing auprès d’entreprises locales. A terme, l’enseigne table sur 1,2 à 2 millions de clients au Maroc. A ce stade, une question s’impose: quelles leçons de conformité aux normes peut donner le Maroc à un magasin qui plus est aux standards suédois...

    Amin RBOUB

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc